an online Instagram web viewer

#critiquefilm medias

Photos

"L'AMANT DOUBLE" de François Ozon (2017)

Chloé (Marine Vacth), une jeune femme fragile, tombe amoureuse de son psychothérapeute, Paul (Jérémie Renier). Quelques mois plus tard, ils s’installent ensemble, mais elle découvre que son amant lui a caché une partie de son identité.

Cette histoire explore le subconscient et les traumatismes via un scénario très maitrisé ainsi que des métaphores, le tout réalisé de façon très sensuelle. Vous avez intérêt à avoir le coeur bien accroché durant 1h40 puisqu’il est vraiment très marquant ! La mise en scène est prodigieusement intelligente et les images portent en elles tout son talent. Une parfaite symétrie dans les travelling et les décors. C’est du grand art. C’est d’une intensité exceptionnelle où rien n’est laissé au hasard. Le scénario est vraiment diabolique qui débute comme un drame psychologique classique et évoluant petit à petit vers le film schizophrène.

Ozon joue vraiment avec le spectateur. Qui est névrosé ? Qui est double ? C’est un film aussi sur l’identité, la gémellité et ses labyrinthes. Pour moi, ce thriller m’a beaucoup fait penser l’esprit du cinéma de Brian de Palma et de David Cronenberg dans son rapport tortueux à la chair. Certaines scènes sont vraiment très déroutantes et réservées à un public averti. C’est un brillant jeu de manipulation vertigineux qui, en plus d’une tension sexuelle, a pression psychologique fait de l’oeuvre une chute aussi violente pour le personnage que pour le spectateur. Les 30 dernières minutes sont magistrales ! « L’Amant double » est un film dérangeant, déroutant, envoûtant, magistralement réalisé et interprété avec brio par un duo d’acteurs excellent.
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

#lamantdouble #marsfilms #filmfrancais #francoisozon #érotisme #jumeaux #romance #couple #sexualité #mystère #psychothérapie #marinevacth #jérémierenier #jacquelinebisset #myriamboyer #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"L'AMANT DOUBLE" de François Ozon (2017) Chloé (Marine Vacth), une jeune femme fragile, tombe amoureuse de son psychothérapeute, Paul (Jérémie Renier). Quelques mois plus tard, ils s’installent ensemble, mais elle découvre que son amant lui a caché une partie de son identité. Cette histoire explore le subconscient et les traumatismes via un scénario très maitrisé ainsi que des métaphores, le tout réalisé de façon très sensuelle. Vous avez intérêt à avoir le coeur bien accroché durant 1h40 puisqu’il est vraiment très marquant ! La mise en scène est prodigieusement intelligente et les images portent en elles tout son talent. Une parfaite symétrie dans les travelling et les décors. C’est du grand art. C’est d’une intensité exceptionnelle où rien n’est laissé au hasard. Le scénario est vraiment diabolique qui débute comme un drame psychologique classique et évoluant petit à petit vers le film schizophrène. Ozon joue vraiment avec le spectateur. Qui est névrosé ? Qui est double ? C’est un film aussi sur l’identité, la gémellité et ses labyrinthes. Pour moi, ce thriller m’a beaucoup fait penser l’esprit du cinéma de Brian de Palma et de David Cronenberg dans son rapport tortueux à la chair. Certaines scènes sont vraiment très déroutantes et réservées à un public averti. C’est un brillant jeu de manipulation vertigineux qui, en plus d’une tension sexuelle, a pression psychologique fait de l’oeuvre une chute aussi violente pour le personnage que pour le spectateur. Les 30 dernières minutes sont magistrales ! « L’Amant double » est un film dérangeant, déroutant, envoûtant, magistralement réalisé et interprété avec brio par un duo d’acteurs excellent. Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 17/20 #lamantdouble  #marsfilms  #filmfrancais  #francoisozon  #érotisme  #jumeaux  #romance  #couple  #sexualité  #mystère  #psychothérapie  #marinevacth  #jérémierenier  #jacquelinebisset  #myriamboyer  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
"SICARIO" de Denis Villeneuve (2015) "Sicario" porte sans hésiter la signature de Denis Villeneuve, grand cinéaste canadien, révélé par son film "Incendies". Tout d'abord, le film débute par une hallucinante scène d'action de 15 minutes, dont la première chose que nous percevons est la bande-son, qui est un véritable élément de mise en scène, est pourtant simple : des pulsations sourdes et angoissantes. C'est une oeuvre anxiogène à l'ambiance terrifiante qui m'a glacé le sang, livrant aux spectateurs une tension implacable et palpable tout au long du dénouement. Si l'histoire est assez classique, elle ne manque pas d'adrénaline ! La mise en scène est rudement efficace, nous offrant des séquences d'anthologies et vraiment marquantes. Certains plans, certains passages que rend la réalisation sous grande intensité sont d'une rare oppression. Le thème principal du film étant terriblement angoissant et utilisé à de nombreuses reprises, l'ambiance lourde et pesante qui se dégage se montre cauchemardesque. 
Le film est assez engagé, mettant en exergue la nature cyclique et quasi vaine de la lutte contre les narcotrafiquants, et les bassesses auxquelles doivent s’abaisser ceux qui les traquent qui ne valent parfois guère mieux. Il brosse également une réflexion intéressante sur ce que représente l'intégrité dans un monde où la loi doit s'encombrer dans l'illégalité pour parvenir à arrêter des délinquants ayants tout les droits. C'est un sujet fort, et surtout traité avec l'intelligence utile et  nécessaire pour lui apporter la puissance qu'il mérite. "Sicario" est une oeuvre glaçante, maîtrisée, puissante et traumatisante sur une constatation terrifiante de notre monde actuel.
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 18/20

#sicario #metropolitanfilmexport #denisvilleneuve #fbi #enquête #mexique #etatsunis #frontière #tueur #drogue #fusillade #cartel #arizona #emilyblunt #beniciodeltoro #joshbrolin #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"SICARIO" de Denis Villeneuve (2015) "Sicario" porte sans hésiter la signature de Denis Villeneuve, grand cinéaste canadien, révélé par son film "Incendies". Tout d'abord, le film débute par une hallucinante scène d'action de 15 minutes, dont la première chose que nous percevons est la bande-son, qui est un véritable élément de mise en scène, est pourtant simple : des pulsations sourdes et angoissantes. C'est une oeuvre anxiogène à l'ambiance terrifiante qui m'a glacé le sang, livrant aux spectateurs une tension implacable et palpable tout au long du dénouement. Si l'histoire est assez classique, elle ne manque pas d'adrénaline ! La mise en scène est rudement efficace, nous offrant des séquences d'anthologies et vraiment marquantes. Certains plans, certains passages que rend la réalisation sous grande intensité sont d'une rare oppression. Le thème principal du film étant terriblement angoissant et utilisé à de nombreuses reprises, l'ambiance lourde et pesante qui se dégage se montre cauchemardesque. Le film est assez engagé, mettant en exergue la nature cyclique et quasi vaine de la lutte contre les narcotrafiquants, et les bassesses auxquelles doivent s’abaisser ceux qui les traquent qui ne valent parfois guère mieux. Il brosse également une réflexion intéressante sur ce que représente l'intégrité dans un monde où la loi doit s'encombrer dans l'illégalité pour parvenir à arrêter des délinquants ayants tout les droits. C'est un sujet fort, et surtout traité avec l'intelligence utile et  nécessaire pour lui apporter la puissance qu'il mérite. "Sicario" est une oeuvre glaçante, maîtrisée, puissante et traumatisante sur une constatation terrifiante de notre monde actuel. Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 18/20 #sicario  #metropolitanfilmexport  #denisvilleneuve  #fbi  #enquête  #mexique  #etatsunis  #frontière  #tueur  #drogue  #fusillade  #cartel  #arizona  #emilyblunt  #beniciodeltoro  #joshbrolin  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
https://youtu.be/gDgjRj-3XVk
Critique en 2 minutes de GRAVE! C'est GRAVE Docteur?
#grave #critique #critiquecinéma #critiquecine #critiquefilm #critiqueciné #filmàvoir #filmfrançais #filmdhorreur #youtube #youtuber @avis_cine_express sur YouTube
#lemondedecharlie #theperkofbeingawallflower #adolescence #nostalgie #critiquefilm

Adapté  du roman  de Stephen  Chbosky, the père of being  a wallflowers,  Le Monde de Charlie est un film sur l'adolescence rempli de douceur et de douleur qui évoque ce passage difficile de la vie, et qui nous laisse un arrière - goût,  quelque chose d'impalpable.
"Bienvenue sur l'île  des jouets défectueux ". Ce film est rempli de ce qui fait l'adolescence: cette impression que tout va très  vite, trop vite, le fait de ne pas accepter ce que l'on devient, la nostalgie de l'innocence que l'on est en train de perdre et en même  temps, cette volonté  d'avancer. Cette soif de liberté  absolue et l'impression d'être  immortel. 
Au début  du film, nous retrouvons Charlie, un jeune garçon  mal dans sa peau qui semble cacher un lourd secret. Il n'a aucun ami. Il passe plus de temps enfermé  dans son casier, moqué  et harcelé par les autres. Sa vie va prendre un virage quand il rencontré Sam et Patrick, deux lycéens  plus âgés  que lui, mais qui vont l'accepter. Charlie va alors pouvoir grandir, aimer, changer.
Ce film est parsemé  de références musicales comme les Dexys Midnight  Runners,  The  Smith  ou encore The  Rocky Horror Picture Show.
Un film très agréable  qui m'a laissé  une pointe de  nostalgie dans le coeur en me rappelant  une période de la vie durant laquelle la liberté  n'a pas de limite.
#lemondedecharlie  #theperkofbeingawallflower  #adolescence  #nostalgie  #critiquefilm  Adapté du roman de Stephen Chbosky, the père of being a wallflowers, Le Monde de Charlie est un film sur l'adolescence rempli de douceur et de douleur qui évoque ce passage difficile de la vie, et qui nous laisse un arrière - goût, quelque chose d'impalpable. "Bienvenue sur l'île des jouets défectueux ". Ce film est rempli de ce qui fait l'adolescence: cette impression que tout va très vite, trop vite, le fait de ne pas accepter ce que l'on devient, la nostalgie de l'innocence que l'on est en train de perdre et en même temps, cette volonté d'avancer. Cette soif de liberté absolue et l'impression d'être immortel. Au début du film, nous retrouvons Charlie, un jeune garçon mal dans sa peau qui semble cacher un lourd secret. Il n'a aucun ami. Il passe plus de temps enfermé dans son casier, moqué et harcelé par les autres. Sa vie va prendre un virage quand il rencontré Sam et Patrick, deux lycéens plus âgés que lui, mais qui vont l'accepter. Charlie va alors pouvoir grandir, aimer, changer. Ce film est parsemé de références musicales comme les Dexys Midnight Runners, The Smith ou encore The Rocky Horror Picture Show. Un film très agréable qui m'a laissé une pointe de nostalgie dans le coeur en me rappelant une période de la vie durant laquelle la liberté n'a pas de limite.
#nosetoilescontraires 
5/5 un seul mot : bouleversant ! Hazel Grâce Lancaster est atteinte d'un cancer depuis son enfance et souffre de problèmes respiratoires. Alors qu'elle se laisse aller elle rencontre Augustus Waters à un groupe de soutien pour jeunes malades. Il est en rémission mais a perdu une partie de sa jambe dans son combat contre le cancer. Malgré tout il voit toujours le bon côté des choses et prend la vie comme elle vient. Hazel Grâce et Augustus vont alors se rapprocher. Un film émouvant, parfait. J'ai du mal à trouver les mots tant ce film m'a bouleversée. Tout y est : la vie, la mort, l'amour, la maladie, la famille, la révolte, l'amitié, le désarroi, les rêves, la fatalité, l'espoir, la déception, la douleur... C'est incroyable on passe par tout un tas d'émotions. Pour ma part, je ne sais pas comment j'ai fait, je me suis contenue pendant tout le film mais à la fin j'ai été submergée. Littéralement. Shailene est excellente et Ansel s'est carrément révélé dans ce film. Il était limite dans Divergente mais là il se surpasse, il est charismatique, sûr de lui mais aussi fragile puisque la vie ne l'a pas épargné non plus. Ils rendent leur histoire d'amour légère et romantique malgré tout et on s'attache énormément à leurs personnages, si justes et si humains. Bref on sent une véritable alchimie entre eux et ils sont magnifiques. La réalisation surpasse le scénario puisqu'on est emporté par ce film d'une réelle qualité, on est totalement scotché pendant 2h. C'est un film autant dramatique que magnifique. C'est une vraie leçon de vie que nous livre cette histoire qui fait autant réfléchir que relativiser. Il a également plus de portée quand on est touché par la maladie. Les mots sont extrêmement bien choisi et donnent plus de réalité et de sincérité à cette histoire. Au final ce film est un chef d'œuvre : il est beau, pur et juste, c'est un véritable éloge à la vie.
#thefaultinourstars#film #movie #book #johngreen #shailenewoodley #anselelgort #natwolff #lauradern #samtrammell #willemdafoe #2014 #dramatique #drama #romantique #cancer #moving #critiquefilm #moviereview
#nosetoilescontraires  5/5 un seul mot : bouleversant ! Hazel Grâce Lancaster est atteinte d'un cancer depuis son enfance et souffre de problèmes respiratoires. Alors qu'elle se laisse aller elle rencontre Augustus Waters à un groupe de soutien pour jeunes malades. Il est en rémission mais a perdu une partie de sa jambe dans son combat contre le cancer. Malgré tout il voit toujours le bon côté des choses et prend la vie comme elle vient. Hazel Grâce et Augustus vont alors se rapprocher. Un film émouvant, parfait. J'ai du mal à trouver les mots tant ce film m'a bouleversée. Tout y est : la vie, la mort, l'amour, la maladie, la famille, la révolte, l'amitié, le désarroi, les rêves, la fatalité, l'espoir, la déception, la douleur... C'est incroyable on passe par tout un tas d'émotions. Pour ma part, je ne sais pas comment j'ai fait, je me suis contenue pendant tout le film mais à la fin j'ai été submergée. Littéralement. Shailene est excellente et Ansel s'est carrément révélé dans ce film. Il était limite dans Divergente mais là il se surpasse, il est charismatique, sûr de lui mais aussi fragile puisque la vie ne l'a pas épargné non plus. Ils rendent leur histoire d'amour légère et romantique malgré tout et on s'attache énormément à leurs personnages, si justes et si humains. Bref on sent une véritable alchimie entre eux et ils sont magnifiques. La réalisation surpasse le scénario puisqu'on est emporté par ce film d'une réelle qualité, on est totalement scotché pendant 2h. C'est un film autant dramatique que magnifique. C'est une vraie leçon de vie que nous livre cette histoire qui fait autant réfléchir que relativiser. Il a également plus de portée quand on est touché par la maladie. Les mots sont extrêmement bien choisi et donnent plus de réalité et de sincérité à cette histoire. Au final ce film est un chef d'œuvre : il est beau, pur et juste, c'est un véritable éloge à la vie. #thefaultinourstars #film  #movie  #book  #johngreen  #shailenewoodley  #anselelgort  #natwolff  #lauradern  #samtrammell  #willemdafoe  #2014  #dramatique  #drama  #romantique  #cancer  #moving  #critiquefilm  #moviereview 
RVLP#4
Notre rubrique « Retour vers le passé » rend aujourd'hui hommage à celle qui fut l'éternelle fiancée de Superman, #MargotKidder. Le rédacteur @felicien_hb met ainsi en lumière le deuxième volet de la saga de #RichardDonner : #Superman2TheRichardDonnerCut

Pour en savoir plus : https://larsruby.com/retour-vers-le-passe-4-superman-the-richard-donner-cut/
(Lien direct dans la bio)
RVLP#4  Notre rubrique « Retour vers le passé » rend aujourd'hui hommage à celle qui fut l'éternelle fiancée de Superman, #MargotKidder . Le rédacteur @felicien_hb met ainsi en lumière le deuxième volet de la saga de #RichardDonner  : #Superman2TheRichardDonnerCut  Pour en savoir plus : https://larsruby.com/retour-vers-le-passe-4-superman-the-richard-donner-cut/ (Lien direct dans la bio)
"Kingsman : Le Cercle d'or" (2017) de Matthew Vaughn avec Taron Egerton, Julianne Moore,...
Note : 6/10

SYNOPSIS :
Eggsy (Taron Egerton) coule des jours heureux en tant que membre de l'organisation privée d'espionnage britanique Kingsman. Cependant, une attaque de grande envergure détruit le quartier générale ainsi que tous les agents de l'organisation. Eggsy et Merlin (Mark Strong) sont les seuls survivants et ils devront s'allier à  l'organisation privée d'espionnage américaine Statesman pour affronter Poppy Adams (Julianne Moore), une trafiquante à la tête du cartel de la drogue nommé le Cercle d'or.

CRITIQUE :
J'avais énormément apprécié le premier volet mais "Kingsman : Le Cercle d'or" m'a assez déçu 😑. Bien que l'intrigue soit assez prenante le trame scénaristique n'égale pas le potentiel de celle du premier opus. Le film souffre tout de même d'une méchante assez décevante et de quelques scènes assez crus 😒. Quant à Channing Tatum, il est juste là pour s'afficher et il n'apporte vraiment rien d'utile au film. Les effets spéciaux sont excellents et les scènes d'actions sont toujours aussi dynamiques 😏. De plus, j'ai trouvé Elton John superbe et hillarant dans son petit rôle franchement sa place lui convient parfaitement dans ce film 😁. "Kingsman : Le Cercle d'or" est largement inférieur à son prédécesseur car le résultat en général est assez moyen mais il reste tout de même un assez bon divertissement.
"Kingsman : Le Cercle d'or" (2017) de Matthew Vaughn avec Taron Egerton, Julianne Moore,... Note : 6/10 SYNOPSIS : Eggsy (Taron Egerton) coule des jours heureux en tant que membre de l'organisation privée d'espionnage britanique Kingsman. Cependant, une attaque de grande envergure détruit le quartier générale ainsi que tous les agents de l'organisation. Eggsy et Merlin (Mark Strong) sont les seuls survivants et ils devront s'allier à  l'organisation privée d'espionnage américaine Statesman pour affronter Poppy Adams (Julianne Moore), une trafiquante à la tête du cartel de la drogue nommé le Cercle d'or. CRITIQUE : J'avais énormément apprécié le premier volet mais "Kingsman : Le Cercle d'or" m'a assez déçu 😑. Bien que l'intrigue soit assez prenante le trame scénaristique n'égale pas le potentiel de celle du premier opus. Le film souffre tout de même d'une méchante assez décevante et de quelques scènes assez crus 😒. Quant à Channing Tatum, il est juste là pour s'afficher et il n'apporte vraiment rien d'utile au film. Les effets spéciaux sont excellents et les scènes d'actions sont toujours aussi dynamiques 😏. De plus, j'ai trouvé Elton John superbe et hillarant dans son petit rôle franchement sa place lui convient parfaitement dans ce film 😁. "Kingsman : Le Cercle d'or" est largement inférieur à son prédécesseur car le résultat en général est assez moyen mais il reste tout de même un assez bon divertissement.
#camilleredouble #noemielvovsky #nostalgie #critiquefilm #magnifiques 
Synopsis: Camille tombe enceinte à l'âge  de 16 ans. Sa mère  meurt quelques heures après. 25 ans plus tard, Camille est une femme alcoolique et seule. Le soir du nouvel an, elle boit un peu trop et s'écroule.  Elle se retrouve  plongée  dans son adolescence. Retour dans les années  80. Elle va tenter de changer le cours de sa vie.

Énorme coup de coeur pour ce film. Tellement de tendresse, d'émotions qui vous  font  avoir une petite boule au ventre en vous remémorant des actes manqués, des dernières fois que l'on a pas assez appréciées, dès premières fois que l'on aimerait revivre pour ressentir ces émotions si fortes.
Noemie Lvovsky et Yolande Moreau ont ce regard si attendrissant. Un regard que peu d'actrices possèdent  et qui est capable de vous faire fondre par un mélange de douceur, de joie, et de  détresse.
Ce film peut vous bouleverser, vous faire rire, pleurer, mais  surtout  vous toucher. Après  tout, qui n'a jamais voulu tourner les aiguilles du temps pour changer les choses ou juste en profiter?
Un très beau film pour ceux qui aimeraient retrouver leurs 16 ans, l'insouciance, " l'immortalité " et cette impression que tout est encore possible. . . même si ce n'est que le temps d'un film.

Merci Mme. Lvovsky.
#camilleredouble  #noemielvovsky  #nostalgie  #critiquefilm  #magnifiques  Synopsis: Camille tombe enceinte à l'âge de 16 ans. Sa mère meurt quelques heures après. 25 ans plus tard, Camille est une femme alcoolique et seule. Le soir du nouvel an, elle boit un peu trop et s'écroule. Elle se retrouve plongée dans son adolescence. Retour dans les années 80. Elle va tenter de changer le cours de sa vie. Énorme coup de coeur pour ce film. Tellement de tendresse, d'émotions qui vous font avoir une petite boule au ventre en vous remémorant des actes manqués, des dernières fois que l'on a pas assez appréciées, dès premières fois que l'on aimerait revivre pour ressentir ces émotions si fortes. Noemie Lvovsky et Yolande Moreau ont ce regard si attendrissant. Un regard que peu d'actrices possèdent et qui est capable de vous faire fondre par un mélange de douceur, de joie, et de détresse. Ce film peut vous bouleverser, vous faire rire, pleurer, mais surtout vous toucher. Après tout, qui n'a jamais voulu tourner les aiguilles du temps pour changer les choses ou juste en profiter? Un très beau film pour ceux qui aimeraient retrouver leurs 16 ans, l'insouciance, " l'immortalité " et cette impression que tout est encore possible. . . même si ce n'est que le temps d'un film. Merci Mme. Lvovsky.
"CAMILLE REDOUBLE" de Noémie Lvosky (2012)

Il existe des films où une magie souffle que seul le cinéma peut rarement nous offrir, j'ai eu un énorme coup de coeur pour ce film ! C'est un film tellement tendre, vrai et touchant. C'est charmant, frais et c'est d'une originalité folle dans son traitement puisque celui-ci dégage une impression de fraîcheur. Pour moi, c'est la consécration cinématographique que tout adulte de plus de trente ans, a rêvé, au moins une fois, de faire : revenir dans son passé, en pleine connaissance des événements futurs, pour avoir la possibilité de changer les choses. Le scénario est très bien écrit puisqu'il offre un regard intelligent sur les relations entre les jeunes et les adultes ! C'est un constat alarmant sur notre société décadente qui vit principalement dans les regrets avec plusieurs niveaux d'alertes : l'alcool, la solitude, l'isolement, la dépression et les ruptures... Mais ce film évite de flirter entre deux eaux et choisit clairement le côté comique de situation mais ne s'empêche pas de forts moments en émotions mais c'est exprimé avec pudeur.

Ce film est une déclaration d'amour à ses parents et un bel hymne à l'adolescence, à ces amitiés fusionnelles et à ces amours compliqués. La relation mère/fille est sûrement la partie la plus émouvante du film et on sent que ces séquences tenaient à coeur à la réalisatrice. Le tour de force du film est qu'il ne tombe jamais dans une lourdeur larmoyante ou dans les pièges tendus par un scénario un brin "science-fictionnesque". Il y a une vraie réflexion sur le temps qui passe, sur les sentiments et sur nos vies personnelles. "Camille redouble" est un film d'une grande finesse, de sobriété et de nostalgie sur les choix que l’on fait et que l’on referait même en sachant le résultat.
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

#camilleredouble #gaumontdistribution #noémielvosky #comédiefrancaise #festivaldecannes #quinzainedesrealisateurs #adolescence #mélancolie #années80 #passé #nouveaudépart #amour #famille #samirguesmi #yolandemoreau #michelvuillermoz #judithchemla #vincentlacoste #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"CAMILLE REDOUBLE" de Noémie Lvosky (2012) Il existe des films où une magie souffle que seul le cinéma peut rarement nous offrir, j'ai eu un énorme coup de coeur pour ce film ! C'est un film tellement tendre, vrai et touchant. C'est charmant, frais et c'est d'une originalité folle dans son traitement puisque celui-ci dégage une impression de fraîcheur. Pour moi, c'est la consécration cinématographique que tout adulte de plus de trente ans, a rêvé, au moins une fois, de faire : revenir dans son passé, en pleine connaissance des événements futurs, pour avoir la possibilité de changer les choses. Le scénario est très bien écrit puisqu'il offre un regard intelligent sur les relations entre les jeunes et les adultes ! C'est un constat alarmant sur notre société décadente qui vit principalement dans les regrets avec plusieurs niveaux d'alertes : l'alcool, la solitude, l'isolement, la dépression et les ruptures... Mais ce film évite de flirter entre deux eaux et choisit clairement le côté comique de situation mais ne s'empêche pas de forts moments en émotions mais c'est exprimé avec pudeur. Ce film est une déclaration d'amour à ses parents et un bel hymne à l'adolescence, à ces amitiés fusionnelles et à ces amours compliqués. La relation mère/fille est sûrement la partie la plus émouvante du film et on sent que ces séquences tenaient à coeur à la réalisatrice. Le tour de force du film est qu'il ne tombe jamais dans une lourdeur larmoyante ou dans les pièges tendus par un scénario un brin "science-fictionnesque". Il y a une vraie réflexion sur le temps qui passe, sur les sentiments et sur nos vies personnelles. "Camille redouble" est un film d'une grande finesse, de sobriété et de nostalgie sur les choix que l’on fait et que l’on referait même en sachant le résultat. Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 20/20 #camilleredouble  #gaumontdistribution  #noémielvosky  #comédiefrancaise  #festivaldecannes  #quinzainedesrealisateurs  #adolescence  #mélancolie  #années80  #passé  #nouveaudépart  #amour  #famille  #samirguesmi  #yolandemoreau  #michelvuillermoz  #judithchemla  #vincentlacoste  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
"PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE" de Christophe Honoré (2018)

1990. Arthur (Vincent Lacoste) a vingt ans et il est étudiant à Rennes. Sa vie bascule le jour où il rencontre Jacques (Pierre Deladonchamps), un écrivain qui habite à Paris avec son jeune fils. Le temps d’un été, Arthur et Jacques vont se plaire et s’aimer. Mais cet amour, Jacques sait qu’il faut le vivre vite.

Je sais que beaucoup de personnes vont comparer ce film à « 120 battements par minute » de Robin Campillo ; s’il traite de l’homosexualité et du sida, il n’est pas question ici de militantisme. Avec un réalisme fou, le réalisateur décrit la chronique des homosexuels, hors des préjugés. Il remet ainsi certaines vérités à leurs places et l’offre l’occasion aux spectateurs les plus fermés de mieux comprendre ce qu’ils n’acceptent pas. Trois mots, trois verbes qui ont tout leurs significations lors de la première rencontre entre les deux principaux protagonistes. Je trouve que ce film est rempli de paradoxe tant qu’il est froid mais dégage une certaine poésie ; c’est une oeuvre devant laquelle on rit beaucoup mais qui est également parfois très dure. On ne peut que ressentir de la tendresse pour ces personnages tellement attachants dont je suis tombé amoureux par leurs aspirations, leurs visions de la vie et de l’amour.

Au delà des scènes de sexe, Honoré filme à merveille les rencontres, les sentiments, les états d’âme et les corps qui s’entremêlent avant et après l’amour. Je trouve que la cruauté reste le fil conducteur du film avec l’attente, dans une cabine téléphonique qui ne viendra jamais, l’attente d’un mot doux qu’on ne dit pas. La dernière scène, sublime, laisse le spectateur bouleversé. « Plaire, aimer et courir vite » est une grande oeuvre qui bouleversera et chavirera les spectateurs qui réussit à ne pas être larmoyant. Le meilleur film de Christophe Honoré !
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

#plaireaimeretcourirvite #advitam #christophehonore #festivaldecannes #années90 #été #homosexualité #rencontre #amour #romance #vincentlacoste #pierredeladonchamps #denispodalydes #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE" de Christophe Honoré (2018) 1990. Arthur (Vincent Lacoste) a vingt ans et il est étudiant à Rennes. Sa vie bascule le jour où il rencontre Jacques (Pierre Deladonchamps), un écrivain qui habite à Paris avec son jeune fils. Le temps d’un été, Arthur et Jacques vont se plaire et s’aimer. Mais cet amour, Jacques sait qu’il faut le vivre vite. Je sais que beaucoup de personnes vont comparer ce film à « 120 battements par minute » de Robin Campillo ; s’il traite de l’homosexualité et du sida, il n’est pas question ici de militantisme. Avec un réalisme fou, le réalisateur décrit la chronique des homosexuels, hors des préjugés. Il remet ainsi certaines vérités à leurs places et l’offre l’occasion aux spectateurs les plus fermés de mieux comprendre ce qu’ils n’acceptent pas. Trois mots, trois verbes qui ont tout leurs significations lors de la première rencontre entre les deux principaux protagonistes. Je trouve que ce film est rempli de paradoxe tant qu’il est froid mais dégage une certaine poésie ; c’est une oeuvre devant laquelle on rit beaucoup mais qui est également parfois très dure. On ne peut que ressentir de la tendresse pour ces personnages tellement attachants dont je suis tombé amoureux par leurs aspirations, leurs visions de la vie et de l’amour. Au delà des scènes de sexe, Honoré filme à merveille les rencontres, les sentiments, les états d’âme et les corps qui s’entremêlent avant et après l’amour. Je trouve que la cruauté reste le fil conducteur du film avec l’attente, dans une cabine téléphonique qui ne viendra jamais, l’attente d’un mot doux qu’on ne dit pas. La dernière scène, sublime, laisse le spectateur bouleversé. « Plaire, aimer et courir vite » est une grande oeuvre qui bouleversera et chavirera les spectateurs qui réussit à ne pas être larmoyant. Le meilleur film de Christophe Honoré ! Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 20/20 #plaireaimeretcourirvite  #advitam  #christophehonore  #festivaldecannes  #années90  #été  #homosexualité  #rencontre  #amour  #romance  #vincentlacoste  #pierredeladonchamps  #denispodalydes  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
Parmi les premiers avis sur mon film "THE SURVIVOR(S)" (dispo sur youtube) , en voici 7 !

Film d'Horreur Amateur, 18min.
Genre : Épouvante-Horreur, Fantastique.

#filmamateur #amateur #cinemaamateur #film #filmhorreur #cinephile #cinéaste #cinéasteamateur #gore #survivalhorror #filmsurvie #maquillage #horreur #cinema #critique #critiquefilm #youtubeur #passioncinema #photographie #picoftheday #rouen
Avec #meursmonstremeurs Alejandro Fadel continue à œuvrer par son rythme de polar psychédélique, son visuel pluvieux et sa photographie sombre. 
Un audacieux film sur le désir et la violence de la condition humaine...
Notre critique : https://www.cineseries-mag.fr/festival-cannes-2018/
#murdermemonster #alejandrofadel #VictorLopez, #EstebanBigliardi #StéphaneRideau #SofiaPalomino  @ufo_distribution @stephane.rideau @estebanbigliardi #moviereview #cineseriesmag #critiquefilm @festivaldecannes #cannesfestival #festivaldecannes #filmreview #cannesfilmfest #cannes2018
Avec #meursmonstremeurs  Alejandro Fadel continue à œuvrer par son rythme de polar psychédélique, son visuel pluvieux et sa photographie sombre. Un audacieux film sur le désir et la violence de la condition humaine... Notre critique : https://www.cineseries-mag.fr/festival-cannes-2018/ #murdermemonster  #alejandrofadel  #VictorLopez , #EstebanBigliardi  #StéphaneRideau  #SofiaPalomino  @ufo_distribution @stephane.rideau @estebanbigliardi #moviereview  #cineseriesmag  #critiquefilm  @festivaldecannes #cannesfestival  #festivaldecannes  #filmreview  #cannesfilmfest  #cannes2018 
"POLISSE" de Maïwenn (2011)

Comment vous dire que ce film ne vous laissera pas indemne à l’issue des 2h11 ? Dès la première scène, on le sait, on va prendre une énorme claque en pleine face. Avec ce style documentaire, on est tout de suite complètement en phase avec ce film d’un réalisme rare et puissant au point d’en être même insoutenable et terrifiant ! Le scénario, sous forme de plongée dans la vie de la brigade de protection des mineurs, tournée avec l’aspect des reportages télévisés qui partagent la vie d’un service quelconque pendant un temps donné. Cela donne lieu à une série de scènes d’interrogatoires aussi glaçantes et réalistes que parfois carrément désopilantes !! Si certaines scènes sont dures c’est toujours intelligemment mis en balance avec des moments d’une drôlerie qui pour moi est plus forte que les comédies.

C’est un film engagé, qui parle de choses vraies, dénonçant un certain nombre de choses graves mais malheureusement courantes. Mais comment dénoncer tout en restant politiquement correct ? Réponse : en donnant au film un aspect documentaire. Le pari est plus que réussi. Maïwenn est parvenue à parler d’un sujet qui fâche, mais en plus, elle égratigne le fonctionnement de l’administration comme si elle appelait tout le monde à une prise de conscience.  Ce réalisme donc, est sans doute le gros point fort du film, procurant une claque magistrale. De plus, on ressent vraiment de l’affection pour tous ses personnages vraiment consistants, qui ne sont pas là en tant que figurants. On suit chaque protagoniste dans sa vie professionnelle et personnelle, avec une curiosité rare. « Polisse » est un film coup de poing que l’on visionne avec douleur, tellement le sujet nous retourne le ventre. Un chef-d’oeuvre !
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

#polisse #marsfilms #maiwenn #filmfrancais #festivaldecannes #prixdujury #brigadeprotectiondesmineurs #photographe #viol #solidarité #pédophilie #interrogatoire #police #karinviard #joeystarr #marinafois #nicolasduvauchelle #emmanuellebercot #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"POLISSE" de Maïwenn (2011) Comment vous dire que ce film ne vous laissera pas indemne à l’issue des 2h11 ? Dès la première scène, on le sait, on va prendre une énorme claque en pleine face. Avec ce style documentaire, on est tout de suite complètement en phase avec ce film d’un réalisme rare et puissant au point d’en être même insoutenable et terrifiant ! Le scénario, sous forme de plongée dans la vie de la brigade de protection des mineurs, tournée avec l’aspect des reportages télévisés qui partagent la vie d’un service quelconque pendant un temps donné. Cela donne lieu à une série de scènes d’interrogatoires aussi glaçantes et réalistes que parfois carrément désopilantes !! Si certaines scènes sont dures c’est toujours intelligemment mis en balance avec des moments d’une drôlerie qui pour moi est plus forte que les comédies. C’est un film engagé, qui parle de choses vraies, dénonçant un certain nombre de choses graves mais malheureusement courantes. Mais comment dénoncer tout en restant politiquement correct ? Réponse : en donnant au film un aspect documentaire. Le pari est plus que réussi. Maïwenn est parvenue à parler d’un sujet qui fâche, mais en plus, elle égratigne le fonctionnement de l’administration comme si elle appelait tout le monde à une prise de conscience.  Ce réalisme donc, est sans doute le gros point fort du film, procurant une claque magistrale. De plus, on ressent vraiment de l’affection pour tous ses personnages vraiment consistants, qui ne sont pas là en tant que figurants. On suit chaque protagoniste dans sa vie professionnelle et personnelle, avec une curiosité rare. « Polisse » est un film coup de poing que l’on visionne avec douleur, tellement le sujet nous retourne le ventre. Un chef-d’oeuvre ! Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 20/20 #polisse  #marsfilms  #maiwenn  #filmfrancais  #festivaldecannes  #prixdujury  #brigadeprotectiondesmineurs  #photographe  #viol  #solidarité  #pédophilie  #interrogatoire  #police  #karinviard  #joeystarr  #marinafois  #nicolasduvauchelle  #emmanuellebercot  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
#limitless 
2,5/5 une bonne première partie. Eddie Morra est un écrivain paumé et n'arrive pas à écrire. Un jour il rencontre son ancien beau-frère qui lui donne une nouvelle drogue d'un nouveau genre, la NZT-48, qui va décupler ses facultés mentales. Il maîtrise alors tous les sujets, écrit son livre en 4 jours, apprends l'italien, devient un pro du piano et finit par devenir un as de la spéculation en bourse. Les ennuis vont alors commencer pour lui d'autant plus qu'il devient accro à cette drogue et découvre ses effets néfastes. L'histoire est originale, le scénario plutôt imaginatif, dynamique et pleins de rebondissements. Les problèmes arrivent petit à petit dans la deuxième moitié du film et sont de plus en plus important. La mise en scène et les effets visuels numériques sont vraiment bien faits notamment pour illustrer la prise de drogue, ça nous rend limite pas bien ! Bradley Cooper a vraiment trouvé un rôle sur mesure parfait, il est tantôt défoncé tantôt charismatique et le joue vraiment bien. Il a certes une belle gueule mais il prouve encore une fois que c'est aussi un bon acteur. Et le fait d'utiliser sa voix off tout au long du film pour nous expliquer ce qu'il pense et ressent ajoute un plus au film. Après le rapport à la prise de drogue peut être ambiguë dans le film, on ne sait pas si au final c'est bien ou pas d'en prendre. La réponse est donné dans les deux dernières minutes en une phrase. Du coup on se demande si on a bien entendu, si c'est bien ça, comment c'est possible, comment il a fait, avec qui il a collaboré, qui est au courant... Bref beaucoup de questions sans réponses, une fin vite expédiée et une morale finale plutôt douteuse. Au final c'est une oeuvre récréative totalement portée par Bradley Cooper qui permet de mettre de côté certains défauts du film. 
#film #movie #bradleycooper #robertdeniro #abbiecornish #annafriel #johnnywhitworth #thriller #drogue #drug #newyork #2011 #instamovie #instafilm #critiquefilm #critiquemovie
#limitless  2,5/5 une bonne première partie. Eddie Morra est un écrivain paumé et n'arrive pas à écrire. Un jour il rencontre son ancien beau-frère qui lui donne une nouvelle drogue d'un nouveau genre, la NZT-48, qui va décupler ses facultés mentales. Il maîtrise alors tous les sujets, écrit son livre en 4 jours, apprends l'italien, devient un pro du piano et finit par devenir un as de la spéculation en bourse. Les ennuis vont alors commencer pour lui d'autant plus qu'il devient accro à cette drogue et découvre ses effets néfastes. L'histoire est originale, le scénario plutôt imaginatif, dynamique et pleins de rebondissements. Les problèmes arrivent petit à petit dans la deuxième moitié du film et sont de plus en plus important. La mise en scène et les effets visuels numériques sont vraiment bien faits notamment pour illustrer la prise de drogue, ça nous rend limite pas bien ! Bradley Cooper a vraiment trouvé un rôle sur mesure parfait, il est tantôt défoncé tantôt charismatique et le joue vraiment bien. Il a certes une belle gueule mais il prouve encore une fois que c'est aussi un bon acteur. Et le fait d'utiliser sa voix off tout au long du film pour nous expliquer ce qu'il pense et ressent ajoute un plus au film. Après le rapport à la prise de drogue peut être ambiguë dans le film, on ne sait pas si au final c'est bien ou pas d'en prendre. La réponse est donné dans les deux dernières minutes en une phrase. Du coup on se demande si on a bien entendu, si c'est bien ça, comment c'est possible, comment il a fait, avec qui il a collaboré, qui est au courant... Bref beaucoup de questions sans réponses, une fin vite expédiée et une morale finale plutôt douteuse. Au final c'est une oeuvre récréative totalement portée par Bradley Cooper qui permet de mettre de côté certains défauts du film. #film  #movie  #bradleycooper  #robertdeniro  #abbiecornish  #annafriel  #johnnywhitworth  #thriller  #drogue  #drug  #newyork  #2011  #instamovie  #instafilm  #critiquefilm  #critiquemovie 
"EVERYBODY KNOWS" d'Asghar Farhadi (2018)

Tout d'abord, je pense vraiment pas que le réalisateur ait voulu faire un thriller mais plutôt un drame sur les relations entre les personnages. C'est une histoire saisissante qui vous tient en suspens jusqu'à la fin ; d'autant plus que la mise en scène est tellement immersive qu'on se croirait être avec tous ces protagonistes. Si l'intrigue du film est moins complexe que les précédents longs-métrages du cinéaste, elle y gagne en émotion, faisant peser tous les non-dits avec brio. On retrouve un côté étouffant dans ce thriller en vase-clos, centré sur le drame et non le circonstanciel, comme dans d’autres oeuvres de Farhadi. Concernant l'écriture des protagonistes, ce film conviendra à ceux qui préfèrent les histoires qui évitent le manichéisme. Les agissements, comportements et réflexions des personnages sont correctement justifiés et amenés. De plus, l'ambiguïté est maintenue le plus longtemps possible. Dans ce long métrage, il est notamment question de la comédie humaine. Derrière la façade des fêtes de mariages heureuses où tout le monde s'efforce de s'entendre, on découvre les habituelles rancœurs, rancunes, jalousies. Le sujet n'est pas neuf mais dans le cas présent le traitement et le déroulement m'ont intéressé.

La seule petite chose que je reprocherais à ce film est le fait qu'on passe un peu trop de temps sur les états d'âme de certains personnages et je dois vous avouer que la fin est assez brutale et m'a laissé un peu bouche bée dans le mauvais sens du terme. "Everybody Knows" est un film déroutant, palpitant et complexe qui dévoile en finesse la véritable identité des protagonistes, servi par un duo d'acteurs irréprochable.
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

#everybodyknows #todoslosaben #mementofilms #filmespagnol #asgharfarhadi #festivaldecannes #filmdouverture #espagne #village #mariage #famille #secrets #disparition #mystère #penelopecruz #javierbardem #ricardodarin #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"EVERYBODY KNOWS" d'Asghar Farhadi (2018) Tout d'abord, je pense vraiment pas que le réalisateur ait voulu faire un thriller mais plutôt un drame sur les relations entre les personnages. C'est une histoire saisissante qui vous tient en suspens jusqu'à la fin ; d'autant plus que la mise en scène est tellement immersive qu'on se croirait être avec tous ces protagonistes. Si l'intrigue du film est moins complexe que les précédents longs-métrages du cinéaste, elle y gagne en émotion, faisant peser tous les non-dits avec brio. On retrouve un côté étouffant dans ce thriller en vase-clos, centré sur le drame et non le circonstanciel, comme dans d’autres oeuvres de Farhadi. Concernant l'écriture des protagonistes, ce film conviendra à ceux qui préfèrent les histoires qui évitent le manichéisme. Les agissements, comportements et réflexions des personnages sont correctement justifiés et amenés. De plus, l'ambiguïté est maintenue le plus longtemps possible. Dans ce long métrage, il est notamment question de la comédie humaine. Derrière la façade des fêtes de mariages heureuses où tout le monde s'efforce de s'entendre, on découvre les habituelles rancœurs, rancunes, jalousies. Le sujet n'est pas neuf mais dans le cas présent le traitement et le déroulement m'ont intéressé. La seule petite chose que je reprocherais à ce film est le fait qu'on passe un peu trop de temps sur les états d'âme de certains personnages et je dois vous avouer que la fin est assez brutale et m'a laissé un peu bouche bée dans le mauvais sens du terme. "Everybody Knows" est un film déroutant, palpitant et complexe qui dévoile en finesse la véritable identité des protagonistes, servi par un duo d'acteurs irréprochable. Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 16/20 #everybodyknows  #todoslosaben  #mementofilms  #filmespagnol  #asgharfarhadi  #festivaldecannes  #filmdouverture  #espagne  #village  #mariage  #famille  #secrets  #disparition  #mystère  #penelopecruz  #javierbardem  #ricardodarin  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
"Une nuit en enfer" (1996) de Robert Rodriguez avec George Clooney, Quentin Tarantino,... Note : 8/10

SYNOPSIS : 
Seth (George Clooney) et Richie (Quentin Tarantino) sont deux frères braqueurs en cavale devant rejoindre un bar situé au Mexique. Pour cela, ils prennent en otage un pasteur et ses deux enfants pour passer la frontière mexicaine. Cependant, le bar où les frères doivent se rendre est infesté de vampires. Braqueurs et otages doivent ainsi s'allier pour affronter la menace.

CRITIQUE :
L'intrigue de ce film est saisissante du début jusqu'à la fin et elle fait parfaitement la transition entre le contexte réel mettant en scène la fuite des criminels après le braquage et le contexte fantastique introduisant les vampires. Le comportement des braqueurs peut vous agacer au début mais cela prouve à quel point le film exploite efficacement leurs personnalités. Le rôle du braqueur pleinement investi dans son métier convient parfaitement à George Clooney et là on peut aussi dire que Quentin Tarantino est aussi talentueux derrière la caméra que devant la caméra. La présence des vampires sert évidemment à divertir les spectateurs mais d'un autre côté elle permet de mettre en avant le courage et l'humanité de Seth pour ne plus le voir comme un simple braqueur. Étant donné que le vampire peut prendre la forme d'une chauve-souris qui est un prédateur nocturne, cet animal symbolise ainsi les ténèbres. Les effets spéciaux utilisés dans ce film sont en garde partie des effets pratiques réussis tels que le maquillage des vampires et à ma grande surprise de beaux animatroniques. "Une nuit en enfer" s'impose comme une perle du cinéma fantastique grâce aux performances convaincantes des acteurs et l'action maîtrisée avec efficacité.
"Une nuit en enfer" (1996) de Robert Rodriguez avec George Clooney, Quentin Tarantino,... Note : 8/10 SYNOPSIS : Seth (George Clooney) et Richie (Quentin Tarantino) sont deux frères braqueurs en cavale devant rejoindre un bar situé au Mexique. Pour cela, ils prennent en otage un pasteur et ses deux enfants pour passer la frontière mexicaine. Cependant, le bar où les frères doivent se rendre est infesté de vampires. Braqueurs et otages doivent ainsi s'allier pour affronter la menace. CRITIQUE : L'intrigue de ce film est saisissante du début jusqu'à la fin et elle fait parfaitement la transition entre le contexte réel mettant en scène la fuite des criminels après le braquage et le contexte fantastique introduisant les vampires. Le comportement des braqueurs peut vous agacer au début mais cela prouve à quel point le film exploite efficacement leurs personnalités. Le rôle du braqueur pleinement investi dans son métier convient parfaitement à George Clooney et là on peut aussi dire que Quentin Tarantino est aussi talentueux derrière la caméra que devant la caméra. La présence des vampires sert évidemment à divertir les spectateurs mais d'un autre côté elle permet de mettre en avant le courage et l'humanité de Seth pour ne plus le voir comme un simple braqueur. Étant donné que le vampire peut prendre la forme d'une chauve-souris qui est un prédateur nocturne, cet animal symbolise ainsi les ténèbres. Les effets spéciaux utilisés dans ce film sont en garde partie des effets pratiques réussis tels que le maquillage des vampires et à ma grande surprise de beaux animatroniques. "Une nuit en enfer" s'impose comme une perle du cinéma fantastique grâce aux performances convaincantes des acteurs et l'action maîtrisée avec efficacité.
"TAMARA DREWE" de Stephen Frears (2010)

Avec son nez refait, ses jambes interminables, son job dans la presse people, ses aspirations à la célébrité et sa facilité à briser les coeurs, Tamara Drewe (Gemma Aterton) est l'Amazone londonienne du XXIe siècle. Son retour au village où vécut sa mère est un choc pour la petite communauté qui y prospère en paix. Hommes et femmes, bobos et ruraux, auteur de best-sellers, universitaire frustré, rock star au rancart (Dominic Cooper) ou fils du pays, tous sont attirés par Tamara dont la beauté pyromane et les divagations amoureuses éveillent d'obscures passions et vont provoquer un enchaînement de circonstances aussi absurdes que poignantes... C'est une comédie drôle, légère et divertissante, et au passage, le réalisateur Stephen Frears égratigne la lâcheté des hommes comme la naïveté des femmes,sans oublier la satire sur la bourgeoisie pastorale. Le rythme du film colle parfaitement avec le cadre campagnard et la photographie, très soignée, est magnifique. Les quiproquos s'enchaînent dès lors dans une succession de querelles, de mensonges et de situations parfois cocasses. Les personnages sont bien étudiés et les rapports humains décrits avec beaucoup de subtilité. On retrouve bien aussi cette mentalité de village où tout le monde est au courant de tous ce qui se passe.

Les dialogues sont bien travaillés avec une intrigue intelligente avec ses différents points de vue, et la deuxième partie est très réussie ! Ce que j'aime dans ce genre de film est son humour décalé et j'avoue que l'atmosphère du film est unique et permet au spectateur de se laisser complètement entraîner par cette histoire légèrement prévisible mais tellement délectable. "Tamara Drewe" est une comédie intelligente, remplie de fraîcheur avec une magnifique photographie, et portée par une Gemma Aterton sublime. 
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 15/20

#tamaradrewe #diaphanadistribution #stephenfrears #comédieanglaise #adaptation #romangraphique #posysimmonds #campagne #journaliste #cynisme #infidélité #gemmaaterton #dominiccooper #lukeevans #rogerallam #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"TAMARA DREWE" de Stephen Frears (2010) Avec son nez refait, ses jambes interminables, son job dans la presse people, ses aspirations à la célébrité et sa facilité à briser les coeurs, Tamara Drewe (Gemma Aterton) est l'Amazone londonienne du XXIe siècle. Son retour au village où vécut sa mère est un choc pour la petite communauté qui y prospère en paix. Hommes et femmes, bobos et ruraux, auteur de best-sellers, universitaire frustré, rock star au rancart (Dominic Cooper) ou fils du pays, tous sont attirés par Tamara dont la beauté pyromane et les divagations amoureuses éveillent d'obscures passions et vont provoquer un enchaînement de circonstances aussi absurdes que poignantes... C'est une comédie drôle, légère et divertissante, et au passage, le réalisateur Stephen Frears égratigne la lâcheté des hommes comme la naïveté des femmes,sans oublier la satire sur la bourgeoisie pastorale. Le rythme du film colle parfaitement avec le cadre campagnard et la photographie, très soignée, est magnifique. Les quiproquos s'enchaînent dès lors dans une succession de querelles, de mensonges et de situations parfois cocasses. Les personnages sont bien étudiés et les rapports humains décrits avec beaucoup de subtilité. On retrouve bien aussi cette mentalité de village où tout le monde est au courant de tous ce qui se passe. Les dialogues sont bien travaillés avec une intrigue intelligente avec ses différents points de vue, et la deuxième partie est très réussie ! Ce que j'aime dans ce genre de film est son humour décalé et j'avoue que l'atmosphère du film est unique et permet au spectateur de se laisser complètement entraîner par cette histoire légèrement prévisible mais tellement délectable. "Tamara Drewe" est une comédie intelligente, remplie de fraîcheur avec une magnifique photographie, et portée par une Gemma Aterton sublime.  Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 15/20 #tamaradrewe  #diaphanadistribution  #stephenfrears  #comédieanglaise  #adaptation  #romangraphique  #posysimmonds  #campagne  #journaliste  #cynisme  #infidélité  #gemmaaterton  #dominiccooper  #lukeevans  #rogerallam  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
EVERYBODY KNOWS ⭐️⭐️⭐️
Le dernier long-métrage du réalisateur iranien Asghar Farhadi convoque les plus grandes stars latinos : Pénélope Cruz, Javier Bardem, Ricardo Darín. Laura/Pénélope qui vit en Argentine, revient avec ses enfants en Espagne 🇪🇸 dans son village d’enfance le temps d’un mariage familial. Durant la fête, sa fille adolescente se volatilise 😱. Bientôt, les ravisseurs se manifestent par sms pour réclamer une rançon de 300 000 € pour la libérer. Dévastée, Laura se repose sur un proche de la famille/ Javier pour tenter de gérer la situation, en attendant l’arrivée de son époux/Ricardo. Voilà pour la story, ultra résumée. 
Il s’agit d’un honnête thriller à la sauce Farhadi : une belle caméra, de beaux portraits et une ambiance campagnarde à l’espagnole bien restituée. La 1ere demi-heure peut paraître un peu longue et le film un peu lent au démarrage. Après la disparition, Farhadi s’attarde beaucoup sur les liens entre les différents personnages, leurs antagonismes anciens, les secrets de famille Etc. Ce qui est à la fois intéressant car cela nourrit l’intrigue et permet de jouer avec les soupçons du spectateur pour démasquer l’auteur du coup. Mais cela peut nuire au rythme du film et en perdre certains. Le seul bémol réside surtout dans quelques lacunes que comporte le scénario et dans les comportements parfois illogiques des personnages. On sent que tout est mis au service de l’intrigue. Mais sinon ça fonctionne très bien, le suspens tient !👌👌 #film #instafilm #filmstagram #movie #instamovie #moviestagram #cinephile #cinema #cinéma #cinemastagram #instacimena #critiquefilm #critiquedefilm #critique #avis #teleramou #everybodyknows #todoslosaben #asgharfarhadi #penelopecruz #javierbardem #ricardodarin #mementofilms #cannes2018 @alexandremalletguy
EVERYBODY KNOWS ⭐️⭐️⭐️ Le dernier long-métrage du réalisateur iranien Asghar Farhadi convoque les plus grandes stars latinos : Pénélope Cruz, Javier Bardem, Ricardo Darín. Laura/Pénélope qui vit en Argentine, revient avec ses enfants en Espagne 🇪🇸 dans son village d’enfance le temps d’un mariage familial. Durant la fête, sa fille adolescente se volatilise 😱. Bientôt, les ravisseurs se manifestent par sms pour réclamer une rançon de 300 000 € pour la libérer. Dévastée, Laura se repose sur un proche de la famille/ Javier pour tenter de gérer la situation, en attendant l’arrivée de son époux/Ricardo. Voilà pour la story, ultra résumée. Il s’agit d’un honnête thriller à la sauce Farhadi : une belle caméra, de beaux portraits et une ambiance campagnarde à l’espagnole bien restituée. La 1ere demi-heure peut paraître un peu longue et le film un peu lent au démarrage. Après la disparition, Farhadi s’attarde beaucoup sur les liens entre les différents personnages, leurs antagonismes anciens, les secrets de famille Etc. Ce qui est à la fois intéressant car cela nourrit l’intrigue et permet de jouer avec les soupçons du spectateur pour démasquer l’auteur du coup. Mais cela peut nuire au rythme du film et en perdre certains. Le seul bémol réside surtout dans quelques lacunes que comporte le scénario et dans les comportements parfois illogiques des personnages. On sent que tout est mis au service de l’intrigue. Mais sinon ça fonctionne très bien, le suspens tient !👌👌 #film  #instafilm  #filmstagram  #movie  #instamovie  #moviestagram  #cinephile  #cinema  #cinéma  #cinemastagram  #instacimena  #critiquefilm  #critiquedefilm  #critique  #avis  #teleramou  #everybodyknows  #todoslosaben  #asgharfarhadi  #penelopecruz  #javierbardem  #ricardodarin  #mementofilms  #cannes2018  @alexandremalletguy
CRITIQUE
Alors que la 71e édition du @festivaldecannes bat son plein, certains longs-métrages se démarquent discrètement. C'est le cas de #monsieurjesaistout, une comédie dramatique tendre et légère, sur le syndrome d'Asperger. Un film signé #stephanarchinard et #francoisprevotleygonie, à découvrir dans votre cinéma Multiplexe Liberté à @brest.fr.

Pour en savoir plus : https://larsruby.com/critique-de-monsieur-je-sais-tout-la-porte-de-la-confiance-et-de-lamitie/
(Lien direct dans la bio)
CRITIQUE Alors que la 71e édition du @festivaldecannes bat son plein, certains longs-métrages se démarquent discrètement. C'est le cas de #monsieurjesaistout , une comédie dramatique tendre et légère, sur le syndrome d'Asperger. Un film signé #stephanarchinard  et #francoisprevotleygonie , à découvrir dans votre cinéma Multiplexe Liberté à @brest.fr. Pour en savoir plus : https://larsruby.com/critique-de-monsieur-je-sais-tout-la-porte-de-la-confiance-et-de-lamitie/ (Lien direct dans la bio)
https://youtu.be/FyBrGVfJ4-8
Amour et Bastons.. Cocktail impossible? Critique en 3mn de The villainess un thriller sud-corée survolté! Alors j'y vais ou j'y vais pas?
#critique #critiquecinéma #critiquecine #critiquefilm #thevillainess #filmcoréen #filmcoreen #artsmartiaux #combat #filmdaction #thriller @avis_cine_express sur YouTube
sympathique pas de scénario transcendant mais comme j’adore 😍 @arnaud.ducret je l’ai suivi avec grand plaisir #cinema #monsieurjesaistout #arnaudducret #multiplexeliberté #critiquefilm
www.rewardline.fr
Nouvelle critique de notre cinéphiles Édouard.

#Cannes #Cannes2018 #canne
#festival #festivaldecannes #everybodyknows #film #critique #blog #webradio #forum #reward #line #analyse #movie #critiquefilm #analysefilm #cannesfilmfestival
"INGLOURIOUS BASTERDS" de Quentin Tarantino (2009)

Je n'irais pas par quatre chemins : je suis amoureux du cinéma de Tarantino, qui à travers de ses films a su réinventer les genres hollywoodiens avec une touche très fun et violente. C'est certainement le film le plus abouti et le plus représentatif de son art. La mise en scène de Tarantino est toujours aussi excellente, chacun de ses films reste un événement, et ici il coupe son film en cinq chapitres, comme si on plongeait dans un bouquin ou chacun des chapitres nous dépeindrait une ascension de la violence humaine ! Il impose une fois de plus sa patte et nous livre une galerie de personnages variés et attachants, des scènes longues et posées agrémentées de lignes de dialogues réfléchies, une violence graphique sanglante ! Tout d'abord la séance d'ouverture est remarquable, elle place immédiatement le spectateur dans le bain, c'est un échange de dialogue posé et réfléchi d'une intensité hors norme.

Les séquences d'actions sont vraiment jouissives avec une tension insoutenable qui monte crescendo au fur et à mesure que le film avance ; ajoutons à cela une bonne dose de violence assez trash mais également une poignée d'humour noir grâce à des répliques savoureusement écrits. J'ai retrouvé la jubilation des premières oeuvres du réalisateur avec ces scènes dantesques qui m'ont laissé totalement interdit et pétrifié. On peut toujours critiquer les scènes de violences très "crues" mais quand on va voir un Tarantino, il faut s'y attendre. Mais le plus extraordinaire du film reste qu'il est terriblement tragique et violent mais qu'il arrive tout de même à nous faire rire. "Inglourious Basterds" est un film grandiose, osé, spectaculaire et troublant qui ne vous laissera pas indifférent. Un vrai chef-d'oeuvre comme on en voit rarement ! 
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

#inglouriousbasterds #universalpictures #quentintarantino #secondeguerremondiale #nazisme #hitler #juifs #années40 #vengeance #troisièmereich #bradpitt #christophwaltz #michaelfassbender #eliroth #dianekruger #danielbruhl #mélanielaurent #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"INGLOURIOUS BASTERDS" de Quentin Tarantino (2009) Je n'irais pas par quatre chemins : je suis amoureux du cinéma de Tarantino, qui à travers de ses films a su réinventer les genres hollywoodiens avec une touche très fun et violente. C'est certainement le film le plus abouti et le plus représentatif de son art. La mise en scène de Tarantino est toujours aussi excellente, chacun de ses films reste un événement, et ici il coupe son film en cinq chapitres, comme si on plongeait dans un bouquin ou chacun des chapitres nous dépeindrait une ascension de la violence humaine ! Il impose une fois de plus sa patte et nous livre une galerie de personnages variés et attachants, des scènes longues et posées agrémentées de lignes de dialogues réfléchies, une violence graphique sanglante ! Tout d'abord la séance d'ouverture est remarquable, elle place immédiatement le spectateur dans le bain, c'est un échange de dialogue posé et réfléchi d'une intensité hors norme. Les séquences d'actions sont vraiment jouissives avec une tension insoutenable qui monte crescendo au fur et à mesure que le film avance ; ajoutons à cela une bonne dose de violence assez trash mais également une poignée d'humour noir grâce à des répliques savoureusement écrits. J'ai retrouvé la jubilation des premières oeuvres du réalisateur avec ces scènes dantesques qui m'ont laissé totalement interdit et pétrifié. On peut toujours critiquer les scènes de violences très "crues" mais quand on va voir un Tarantino, il faut s'y attendre. Mais le plus extraordinaire du film reste qu'il est terriblement tragique et violent mais qu'il arrive tout de même à nous faire rire. "Inglourious Basterds" est un film grandiose, osé, spectaculaire et troublant qui ne vous laissera pas indifférent. Un vrai chef-d'oeuvre comme on en voit rarement !  Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 20/20 #inglouriousbasterds  #universalpictures  #quentintarantino  #secondeguerremondiale  #nazisme  #hitler  #juifs  #années40  #vengeance  #troisièmereich  #bradpitt  #christophwaltz  #michaelfassbender  #eliroth  #dianekruger  #danielbruhl  #mélanielaurent  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
8/10 : 🇫🇷Un film réussi dans lequel on ne s’ennuie pas une seconde. Un regroupement de super héros qui vont sauver le monde en s’unissant, de l’humour, de bons effets spéciaux et un scénario qui tient la route complète ce nouvel avengers. Très bon film pour les amateurs de super héros !
*
🇬🇧A successful movie in which we are not bored one second. A grouping of super heros who are going to save the world by uniting, some humor, some good special effects and a very good scenario complete this new avengers. It’s an awesome movie for the lovers of super heros.
*
#avengersinfinitywar #avengers #robertdowneyjr #chrisevans #chrishemsworth #scarlettjohansson #markruffalo #samuelljackson #tomhiddleston #tomholland #zoesaldana #film #movie #filmcritic #filmreview #moviereview #moviefan #movielover #cinema #cine #cinephile #theater #instareview #instamovies #critiquefilm #critique #lyon #france #villeurbanne #2018
8/10 : 🇫🇷Un film réussi dans lequel on ne s’ennuie pas une seconde. Un regroupement de super héros qui vont sauver le monde en s’unissant, de l’humour, de bons effets spéciaux et un scénario qui tient la route complète ce nouvel avengers. Très bon film pour les amateurs de super héros ! * 🇬🇧A successful movie in which we are not bored one second. A grouping of super heros who are going to save the world by uniting, some humor, some good special effects and a very good scenario complete this new avengers. It’s an awesome movie for the lovers of super heros. * #avengersinfinitywar  #avengers  #robertdowneyjr  #chrisevans  #chrishemsworth  #scarlettjohansson  #markruffalo  #samuelljackson  #tomhiddleston  #tomholland  #zoesaldana  #film  #movie  #filmcritic  #filmreview  #moviereview  #moviefan  #movielover  #cinema  #cine  #cinephile  #theater  #instareview  #instamovies  #critiquefilm  #critique  #lyon  #france  #villeurbanne  #2018 
Le #média culturel #ZakariaPresse sera présent au @festivaldecannes du 13 au 20 mai. Pour toutes demandes, n'hésitez pas à nous contacter sur Zakaria@zakariapresse.com #critiquefilm #interview #invitation
Bon festival! #Cannes2018 #FestivaldeCannes #FIF 
Vive le #cinéma !
#spy 
4/5 une espionne qui décoiffe ! Bradley Fine est un super espion de la CIA mais il ne serait rien sans sa partenaire Susan Cooper, discrète agent dans les bureaux, qui reste dans son ombre. Mais celle-ci rêve de terrain et quand l'occasion se présente elle fonce et change d'identité pour arrêter Raina qui détient une arme nucléaire qu'elle veut faire exploser. L'aventure commence alors. Le film est avant tout une comédie et c'est juste trop drôle tant dans les réparties que dans certaines scènes d'action. On se moque gentiment des films d'espionnage, rien n'est pris au sérieux et les personnages sont décalés et plein d'autodérision. Le film va crescendo tant sur l'action que sur l'humour ou le changement de Susan, du coup il n'y a pas de temps mort, on ne s'ennuie pas une minute et tout s'enchaîne parfaitement. Susan est formidable, originale voire un peu spéciale : elle est timide, réservée et inexpérimentée mais va vite devenir efficace, audacieuse, énergique et drôle malgré elle. Le casting est épatant, tous ont un rôle plus ou moins important mais nécessaire au film. Après c'est une comédie et non un film d'action ou d'espionnage pur, ce n'est pas un James Bond loin de la. Ce n'est pas non plus du type Kingsman, c'est beaucoup plus cool. Il y a aussi parfois de la violence dans certaines scènes qui peuvent choquer mais la plupart du temps ça fait "faux". Autrement cette parodie du film d'espionnage est excellente, décale et vraiment sympa, une belle réussite.
#movie #film #2015 #melissamccarthy #jasonstatham #judelaw #rosebyrne #mirandahart #morenabaccarin #allisonjanney #bobbycannavale #peterserafinowicz #nargisfakhri #50cent #critiquefilm #moviereview
#spy  4/5 une espionne qui décoiffe ! Bradley Fine est un super espion de la CIA mais il ne serait rien sans sa partenaire Susan Cooper, discrète agent dans les bureaux, qui reste dans son ombre. Mais celle-ci rêve de terrain et quand l'occasion se présente elle fonce et change d'identité pour arrêter Raina qui détient une arme nucléaire qu'elle veut faire exploser. L'aventure commence alors. Le film est avant tout une comédie et c'est juste trop drôle tant dans les réparties que dans certaines scènes d'action. On se moque gentiment des films d'espionnage, rien n'est pris au sérieux et les personnages sont décalés et plein d'autodérision. Le film va crescendo tant sur l'action que sur l'humour ou le changement de Susan, du coup il n'y a pas de temps mort, on ne s'ennuie pas une minute et tout s'enchaîne parfaitement. Susan est formidable, originale voire un peu spéciale : elle est timide, réservée et inexpérimentée mais va vite devenir efficace, audacieuse, énergique et drôle malgré elle. Le casting est épatant, tous ont un rôle plus ou moins important mais nécessaire au film. Après c'est une comédie et non un film d'action ou d'espionnage pur, ce n'est pas un James Bond loin de la. Ce n'est pas non plus du type Kingsman, c'est beaucoup plus cool. Il y a aussi parfois de la violence dans certaines scènes qui peuvent choquer mais la plupart du temps ça fait "faux". Autrement cette parodie du film d'espionnage est excellente, décale et vraiment sympa, une belle réussite. #movie  #film  #2015  #melissamccarthy  #jasonstatham  #judelaw  #rosebyrne  #mirandahart  #morenabaccarin  #allisonjanney  #bobbycannavale  #peterserafinowicz  #nargisfakhri  #50cent  #critiquefilm  #moviereview 
https://youtu.be/_ChoMFddA3g

Comment se remettre d'une rupture avec une CRITIQUE du film LARGUÉES en 2 mn!
Et ça se passe à la Réunion!!
#critique #critiquecinéma #cinema #larguees #larguées #critiquefilm #critiquecine #critiqueciné #comédie #comediefrancaise #filmfrançais @avis_cine_express  #youtube #youtuber
"ENTRE LES MURS" de Laurent Cantet (2008)

Le thème est du déjà vu et revu ; pourtant, ce film rend très bien compte d'un sujet qui dérange et qui est d'une triste réalité. Il montre judicieusement une certaine réalité de beaucoup d'établissements scolaires en France. Classes surchagées, profs inadaptés, manque de moyens, insultes, violences. La façon dont les scènes sont filmées donne un aspect tellement réaliste et naturel qu'on se croirait de retour dans la pire classe qu'on a du subir au collège. Au final, le résultat est fluide et donne cette impression documentaire soulignée par la majorité des critiques et cinéphiles, alors qu'on est au summum de mise en scène et de la direction d'acteurs.

La caméra de Laurent Cantet suit une personne, puis une autre, puis encore une autre. L'image est pure, mouvante et captivante. Les silences reflètent les peurs, les angoisses. Le brouhaha représente tantôt la joie, tantôt la colère. Ce qui est beau est de voir que le professeur est prêt à tout pour pousser ses élèves vers le haut, pour les motiver. Le parti prit de le filmer quasiment comme un documentaire est très ingénieux et cela marche magnifiquement bien, rendant l'immersion parfaite. Pour tenir les deux heures, le réalisateur accompagne les éléments les plus forts dans leurs espoirs, leurs doutes, leurs efforts et leurs dérapages, démonte un système alternatif où les règles des adultes s’exacerbent dans la violence et l’excitation des premiers émois, où tout va très haut, très vite mais ne marque jamais bien longtemps. "Entre les murs" est un film époustouflant et saisissant de sobriété et de lucidité qui captive admirablement le spectateur dans un récit des plus simples mais également des plus quotidien au sein de notre société actuelle.
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

#entrelesmurs #hautetcourt #laurentcantet #filmfrancais #adaptation #festivaldecannes #palmedor #collège #professeur #élèves #démocratie #francoisbegaudeau #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"ENTRE LES MURS" de Laurent Cantet (2008) Le thème est du déjà vu et revu ; pourtant, ce film rend très bien compte d'un sujet qui dérange et qui est d'une triste réalité. Il montre judicieusement une certaine réalité de beaucoup d'établissements scolaires en France. Classes surchagées, profs inadaptés, manque de moyens, insultes, violences. La façon dont les scènes sont filmées donne un aspect tellement réaliste et naturel qu'on se croirait de retour dans la pire classe qu'on a du subir au collège. Au final, le résultat est fluide et donne cette impression documentaire soulignée par la majorité des critiques et cinéphiles, alors qu'on est au summum de mise en scène et de la direction d'acteurs. La caméra de Laurent Cantet suit une personne, puis une autre, puis encore une autre. L'image est pure, mouvante et captivante. Les silences reflètent les peurs, les angoisses. Le brouhaha représente tantôt la joie, tantôt la colère. Ce qui est beau est de voir que le professeur est prêt à tout pour pousser ses élèves vers le haut, pour les motiver. Le parti prit de le filmer quasiment comme un documentaire est très ingénieux et cela marche magnifiquement bien, rendant l'immersion parfaite. Pour tenir les deux heures, le réalisateur accompagne les éléments les plus forts dans leurs espoirs, leurs doutes, leurs efforts et leurs dérapages, démonte un système alternatif où les règles des adultes s’exacerbent dans la violence et l’excitation des premiers émois, où tout va très haut, très vite mais ne marque jamais bien longtemps. "Entre les murs" est un film époustouflant et saisissant de sobriété et de lucidité qui captive admirablement le spectateur dans un récit des plus simples mais également des plus quotidien au sein de notre société actuelle. Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 20/20 #entrelesmurs  #hautetcourt  #laurentcantet  #filmfrancais  #adaptation  #festivaldecannes  #palmedor  #collège  #professeur  #élèves  #démocratie  #francoisbegaudeau  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
RVLP#3
Comme chaque mercredi, on revient avec vous sur un classique du cinéma, avec notre rubrique « Retour vers le passé ». Le rédacteur @felicien_hb nous parle aujourd'hui de #vampirevousavezditvampire, le deuxième opus horrifique de #tommyleewallace.

Pour en savoir plus : https://larsruby.com/retour-vers-le-passe-3-vampire-vous-avez-dit-vampire-ii/
(Lien direct dans la bio)
RVLP#3  Comme chaque mercredi, on revient avec vous sur un classique du cinéma, avec notre rubrique « Retour vers le passé ». Le rédacteur @felicien_hb nous parle aujourd'hui de #vampirevousavezditvampire , le deuxième opus horrifique de #tommyleewallace . Pour en savoir plus : https://larsruby.com/retour-vers-le-passe-3-vampire-vous-avez-dit-vampire-ii/ (Lien direct dans la bio)
"Mars Attacks !" (1996) de Tim Burton avec Jack Nicholson, Natalie Portman,...
Note : 7/10

SYNOPSIS : 
C'est un événement historique pour l'humanité ! Humains et Martiens finissent enfin par se rencontrer. Cependant, cette rencontre signe le début d'un véritable carnage car les petits hommes verts sont bien déterminés à exterminer l'humanité.

CRITIQUE : 
Tim Burton nous livre une oeuvre magistrale et déjantée, véritable parodie de la société américaine et des films de science-fiction. Je suis étonné de voir que Tim Burton a ici quitté le domaine fantastique pour rejoindre celui de la science-fiction et le résultat est vraiment réjouissant. Le film ne cesse de nous rabaisser, nous les humains partagés entre ceux qui veulent tuer les aliens grâce à la toute puissante arme nucléaire (hé oui comme toujours) et ceux qui veulent faire ami-ami avec eux en essayant de comprendre leur mentalité. On critique aussi le fait que cela devient trop répétitif que les extraterrestres s'en prennent toujours en premier aux États-Unis. Les martiens abordent des tenues verts et cette couleur est souvent utilisée pour représenter les monstres. De plus, le chef des aliens porte des habits rouges, une couleur qui symbolise la cruauté et la mort. Les acteurs, quant à eux, incarnent des personnages stéréotypés mais ils maîtrisent surtout à la perfection l'autodérision. Les effets spéciaux ne sont pas superbes mais c'est tout à fait normal car ici on se moque de l'apparence typique que les humains attribuent aux aliens. "Mars Attacks !" ne nous fait pas de surprise avec ses clichés mais c'est avec plaisir que l'on se moque des défauts de l'humanité.
"Mars Attacks !" (1996) de Tim Burton avec Jack Nicholson, Natalie Portman,... Note : 7/10 SYNOPSIS : C'est un événement historique pour l'humanité ! Humains et Martiens finissent enfin par se rencontrer. Cependant, cette rencontre signe le début d'un véritable carnage car les petits hommes verts sont bien déterminés à exterminer l'humanité. CRITIQUE : Tim Burton nous livre une oeuvre magistrale et déjantée, véritable parodie de la société américaine et des films de science-fiction. Je suis étonné de voir que Tim Burton a ici quitté le domaine fantastique pour rejoindre celui de la science-fiction et le résultat est vraiment réjouissant. Le film ne cesse de nous rabaisser, nous les humains partagés entre ceux qui veulent tuer les aliens grâce à la toute puissante arme nucléaire (hé oui comme toujours) et ceux qui veulent faire ami-ami avec eux en essayant de comprendre leur mentalité. On critique aussi le fait que cela devient trop répétitif que les extraterrestres s'en prennent toujours en premier aux États-Unis. Les martiens abordent des tenues verts et cette couleur est souvent utilisée pour représenter les monstres. De plus, le chef des aliens porte des habits rouges, une couleur qui symbolise la cruauté et la mort. Les acteurs, quant à eux, incarnent des personnages stéréotypés mais ils maîtrisent surtout à la perfection l'autodérision. Les effets spéciaux ne sont pas superbes mais c'est tout à fait normal car ici on se moque de l'apparence typique que les humains attribuent aux aliens. "Mars Attacks !" ne nous fait pas de surprise avec ses clichés mais c'est avec plaisir que l'on se moque des défauts de l'humanité.
https://youtu.be/oqF-3PelcjU

On va tout casser! Pire qu'un supporter de l'OM! Critique en 6mn du film Rampage! Avis Ciné Express, LA chaîne YouTube cinéma :)
#rampage #rampagemovie #critiquefilm #critiquecinéma #critiquecine #critiques #youtuber #youtube #film
MES PROVINCIALES ⭐️⭐️⭐️⭐️ Débarqué à Paris pour étudier le cinéma à la fac,  Étienne s’initie à la vie parisienne et à la vie tout court, entre soirées à refaire le monde, débats sur le cinéma et l’art en général, aventures éphémères, rivalités masculines et amitiés naissantes.  Film en noir et blanc d’un peu plus de 2 heures, un chouille intello, autant dire que ça peu paraître abrupte au premier abord. Mais ça passe tout seul. Il faut juste se laisser prendre par la volupté du film. Ça parle de cinéma 🎬, et ça c’est pas mal, de jeunesse, de désir et surtout de jeunes passionnés qui sont dévorés par l’envie de créer 🎥. De nombreuses références cinématographiques et littéraires sont citées, on est pris par cette soif de culture. C’est aussi très parisien et très actuel avec un certain regard sur la société. Mais tout se concentre sur le jeune Étienne, qui se cherche, qu’on a parfois envie de secouer. Les jeunes comédiens sont superbes. La fin est dure et suscite la réflexion. Un film qui laisse une trace, une impression, plusieurs jours après.  #film #instafilm #filmstagram #movie #instamovie #moviestagram #cinephile #cinema #cinéma #cinemastagram #instacimena #critiquefilm #critiquedefilm #critique #avis #teleramou #mesprovinciales #jeanpaulciveyrac #paris
MES PROVINCIALES ⭐️⭐️⭐️⭐️ Débarqué à Paris pour étudier le cinéma à la fac, Étienne s’initie à la vie parisienne et à la vie tout court, entre soirées à refaire le monde, débats sur le cinéma et l’art en général, aventures éphémères, rivalités masculines et amitiés naissantes. Film en noir et blanc d’un peu plus de 2 heures, un chouille intello, autant dire que ça peu paraître abrupte au premier abord. Mais ça passe tout seul. Il faut juste se laisser prendre par la volupté du film. Ça parle de cinéma 🎬, et ça c’est pas mal, de jeunesse, de désir et surtout de jeunes passionnés qui sont dévorés par l’envie de créer 🎥. De nombreuses références cinématographiques et littéraires sont citées, on est pris par cette soif de culture. C’est aussi très parisien et très actuel avec un certain regard sur la société. Mais tout se concentre sur le jeune Étienne, qui se cherche, qu’on a parfois envie de secouer. Les jeunes comédiens sont superbes. La fin est dure et suscite la réflexion. Un film qui laisse une trace, une impression, plusieurs jours après. #film  #instafilm  #filmstagram  #movie  #instamovie  #moviestagram  #cinephile  #cinema  #cinéma  #cinemastagram  #instacimena  #critiquefilm  #critiquedefilm  #critique  #avis  #teleramou  #mesprovinciales  #jeanpaulciveyrac  #paris 
"LA NUIT NOUS APPARTIENT" de James Gray (2007)

Dès les premières images, on sent déjà qu'on va être dans un grand film et on n'est pas déçus.. Ce thème de la famille, toujours majeur dans les films de Gray, est ici magnifié dans une histoire d'amour et de trahison portée par un scénario remarquable, qui touche au sublime. C'est un polar qui entremêle aussi les genres du drame et du thriller à merveille. L'histoire a pour différents sujets : le monde de la nuit, le trafic de drogue, l'affrontement entre la police et la mafia russe et les valeurs de la famille. Le spectateur est baigné tout au long de ce film dans une atmosphère particulière, faite d'une utilisation originale et discrète de la musique et la mise en scène est vraiment extraordinaire, qui passe de l'intimiste au spectaculaire avec un égal bonheur. 
Pour moi, c'est un des meilleurs films du genre et possède une réalisation magistrale, surtout pendant les scènes d'actions, la fusillade dans le laboratoire des dealers est sanglante et angoissante, mais ce qui impressionne le plus c’est la course poursuite sous la pluie qui est digne d’être d’anthologie. De plus, le rythme est maîtrisé avec finesse tout au long des 1h55 avec une tension permanente qui s'accroître de plus en plus en passant par des séquences particulièrement marquantes qui reste dans les mémoires tout en n'oubliant pas de doser intelligemment émotion et violence avec brio. "La Nuit nous appartient" est une oeuvre poignant, sombre et romanesque qui fait partie comme l'un des films majeurs des années 2000. Un chef-d'oeuvre !
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

#lanuitnousappartient #weownthenight #wildbunch #jamesgray #boitedenuit #famille #frères #drogue #rédemption #violence #mafiarusse #newyork #joaquinphoenix #markwahlberg #evamendes #robertduvall #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"LA NUIT NOUS APPARTIENT" de James Gray (2007) Dès les premières images, on sent déjà qu'on va être dans un grand film et on n'est pas déçus.. Ce thème de la famille, toujours majeur dans les films de Gray, est ici magnifié dans une histoire d'amour et de trahison portée par un scénario remarquable, qui touche au sublime. C'est un polar qui entremêle aussi les genres du drame et du thriller à merveille. L'histoire a pour différents sujets : le monde de la nuit, le trafic de drogue, l'affrontement entre la police et la mafia russe et les valeurs de la famille. Le spectateur est baigné tout au long de ce film dans une atmosphère particulière, faite d'une utilisation originale et discrète de la musique et la mise en scène est vraiment extraordinaire, qui passe de l'intimiste au spectaculaire avec un égal bonheur. Pour moi, c'est un des meilleurs films du genre et possède une réalisation magistrale, surtout pendant les scènes d'actions, la fusillade dans le laboratoire des dealers est sanglante et angoissante, mais ce qui impressionne le plus c’est la course poursuite sous la pluie qui est digne d’être d’anthologie. De plus, le rythme est maîtrisé avec finesse tout au long des 1h55 avec une tension permanente qui s'accroître de plus en plus en passant par des séquences particulièrement marquantes qui reste dans les mémoires tout en n'oubliant pas de doser intelligemment émotion et violence avec brio. "La Nuit nous appartient" est une oeuvre poignant, sombre et romanesque qui fait partie comme l'un des films majeurs des années 2000. Un chef-d'oeuvre ! Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 20/20 #lanuitnousappartient  #weownthenight  #wildbunch  #jamesgray  #boitedenuit  #famille  #frères  #drogue  #rédemption  #violence  #mafiarusse  #newyork  #joaquinphoenix  #markwahlberg  #evamendes  #robertduvall  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
🎬Avengers : infinity War
💜 8/10
❓ca y est, c'est enfin l'entrée du grand mechant Thanos et personne n'est préparé à ce qui va se produire..pas meme vous.
Bon, on est d'accord, c'est la surenchère au super heros, à la super baston👊 et à la super action.
Je ne suis néanmoins pas à crier au chef d'oeuvre car la quantité de personnage fait qu'on n'a pas le tps de creuser leurs problématique et etats d'âme propre. Certes, on les connait des anciens Marvel mais du coup ici ca fait un peu creux ppur moi. En revanche les perso des differents mondes sont intelligemment mélangés  avec un équilibre bien trouvé !👬 le duo iron man / docteur Strange est savoureux. 
#avengers #infinitywar #marvel #lesAA #lesavisdagrippine #lesfilmsdagrippine
#critiquefilm #critiqueciné
🎬Avengers : infinity War 💜 8/10 ❓ca y est, c'est enfin l'entrée du grand mechant Thanos et personne n'est préparé à ce qui va se produire..pas meme vous. Bon, on est d'accord, c'est la surenchère au super heros, à la super baston👊 et à la super action. Je ne suis néanmoins pas à crier au chef d'oeuvre car la quantité de personnage fait qu'on n'a pas le tps de creuser leurs problématique et etats d'âme propre. Certes, on les connait des anciens Marvel mais du coup ici ca fait un peu creux ppur moi. En revanche les perso des differents mondes sont intelligemment mélangés avec un équilibre bien trouvé !👬 le duo iron man / docteur Strange est savoureux. #avengers  #infinitywar  #marvel  #lesAA  #lesavisdagrippine  #lesfilmsdagrippine  #critiquefilm  #critiqueciné 
"MARIE-ANTOINETTE" de Sofia Coppola (2006)

Il ne suffit que quelques plans pour être déjà totalement subjugué par la réalisation de Sofia Coppola, qui, ici encore, nous dévoile son grand talent de cinéaste. Comme d'habitude, elle peignait avec la maîtrise des plus grands histoires extraordinairement sensibles et justes sur la solitude, la douceur et la mélancolie comme la difficulté de vivre, avec légèreté mais aussi amertume. Ce film-là repose sur la même formule mais, en situant son récit à la veille de la Révolution française, et une touche de modernité est présente. Cette ambiance nous offre une facilité étonnante à s'intéresser aux scènes et aux dialogues qui ne sont pourtant pas toujours palpitants ! On assiste à des images qui nous donnent une idée de la vie de la cour du roi, des potins. Ce climat se ressent particulièrement à la fin, lorsque le roi et la reine sont seuls dans la salle à manger en silence, et que le peuple gronde aux portes du château. Une scène lente, plutôt longue, qui impose une atmosphère dramatique et nous fait prendre conscience de la façon dont ça a éventuellement pu se passer.

Tout le film est centré autour de ce personnage, et c'est dans un mélange de surprises et de plaisir qu'on apprend à voir Marie-Antoinette sous un oeil complètement différent, qu'on ne peut qu'éprouver de la compassion et de l'affection pour cette reine. La dimension dramatique du film est absolument remarquable, et je dois avouer que c'est cela qui passionne et bouleverse le spectateur. De plus, le film regorge de couleurs aussi belles les unes que les autres, des robes époustouflantes et c'est sûrement un des plus beaux costumes que j'ai vu dans un film. "Marie-Antoinette" est un film éclatant, bourré d'énergie, porté par Kirsten Dunst. Une belle réussite !
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

#marieantoinette #pathédistribution #adaptation #antoniafraser #sofiacoppola #duchesse #autriche #reine #france #versailles #larévolutionfrancaise #historique #guillotine #louisxvi #portraitdefemme #kirstendunst #jasonschwartzman #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique #moviereview
"MARIE-ANTOINETTE" de Sofia Coppola (2006) Il ne suffit que quelques plans pour être déjà totalement subjugué par la réalisation de Sofia Coppola, qui, ici encore, nous dévoile son grand talent de cinéaste. Comme d'habitude, elle peignait avec la maîtrise des plus grands histoires extraordinairement sensibles et justes sur la solitude, la douceur et la mélancolie comme la difficulté de vivre, avec légèreté mais aussi amertume. Ce film-là repose sur la même formule mais, en situant son récit à la veille de la Révolution française, et une touche de modernité est présente. Cette ambiance nous offre une facilité étonnante à s'intéresser aux scènes et aux dialogues qui ne sont pourtant pas toujours palpitants ! On assiste à des images qui nous donnent une idée de la vie de la cour du roi, des potins. Ce climat se ressent particulièrement à la fin, lorsque le roi et la reine sont seuls dans la salle à manger en silence, et que le peuple gronde aux portes du château. Une scène lente, plutôt longue, qui impose une atmosphère dramatique et nous fait prendre conscience de la façon dont ça a éventuellement pu se passer. Tout le film est centré autour de ce personnage, et c'est dans un mélange de surprises et de plaisir qu'on apprend à voir Marie-Antoinette sous un oeil complètement différent, qu'on ne peut qu'éprouver de la compassion et de l'affection pour cette reine. La dimension dramatique du film est absolument remarquable, et je dois avouer que c'est cela qui passionne et bouleverse le spectateur. De plus, le film regorge de couleurs aussi belles les unes que les autres, des robes époustouflantes et c'est sûrement un des plus beaux costumes que j'ai vu dans un film. "Marie-Antoinette" est un film éclatant, bourré d'énergie, porté par Kirsten Dunst. Une belle réussite ! Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 16/20 #marieantoinette  #pathédistribution  #adaptation  #antoniafraser  #sofiacoppola  #duchesse  #autriche  #reine  #france  #versailles  #larévolutionfrancaise  #historique  #guillotine  #louisxvi  #portraitdefemme  #kirstendunst  #jasonschwartzman  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique  #moviereview 
"L'APPARITION" de Xavier Giannoli (2018)

Jacques (Vincent Lindon), grand reporter pour un quotidien français reçoit un jour un mystérieux coup de téléphone du Vatican. Dans une petite ville du sud-est de la France, une jeune fille de 18 ans (Galatea Bellugi) a affirmé avoir eu une apparition de la Vierge Marie. La rumeur s'est vite répandue et le phénomène a pris une telle ampleur que les milliers de pèlerins viennent désormais se recueillir sur le lieu des apparitions présumées.

C'est un vrai film d'enquête qui nous est proposé et j'ai été captivé durant 2h10. Le récit peut laisser perplexe pour quelqu’un de non-croyant mais s’avère être assez passionnant. Foi, doute, fanatisme, manipulation, se mélangent pour nous tenir en haleine de façon intrigante, jusqu'à un dénouement inattendu... Ce film adopte une ambiance assez lourde dès l'introduction et ne s'en séparera pas, et une relation crédible s'établit entre les deux personnages principaux sur un fond lourd de tension et de jalousie. A destination des croyants et des non-croyants, ce film est en même temps un petit cours d'histoire et de culture générale quand aux fameux miracles et apparitions. Le besoin de symboles mais aussi de "preuves" de la véracité de la foi des fidèles sont aussi clairement exposés.

Le film ne tranche pas sur la nature des apparitions. J’ai trouvé cela très intéressant d’aborder le thème religieux par le biais du surnaturel. Sous un angle scientifique, l’origine des religions semble fondée sur le surnaturel et le mystère. Fouillé et ne prenant aucun parti pris,  le film donne de nombreuses clés non nécessairement pour se faire une opinion mais surtout pour essayer de comprendre pourquoi on croit ou on ne croit pas. "L'Apparition" est un film avec beaucoup de sensibilité et de justesse sur la foi et la religion tout en nous captivant comme dans un thriller.
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

#lapparition #mementofilms #xaviergiannoli #filmfrancais #foi #viergemarie #mystère #vatican #enquête #surnaturel #religion #vincentlindon #journaliste #pausecinéphile #movielover #cinéma #chronique #blog #critiquefilm
"L'APPARITION" de Xavier Giannoli (2018) Jacques (Vincent Lindon), grand reporter pour un quotidien français reçoit un jour un mystérieux coup de téléphone du Vatican. Dans une petite ville du sud-est de la France, une jeune fille de 18 ans (Galatea Bellugi) a affirmé avoir eu une apparition de la Vierge Marie. La rumeur s'est vite répandue et le phénomène a pris une telle ampleur que les milliers de pèlerins viennent désormais se recueillir sur le lieu des apparitions présumées. C'est un vrai film d'enquête qui nous est proposé et j'ai été captivé durant 2h10. Le récit peut laisser perplexe pour quelqu’un de non-croyant mais s’avère être assez passionnant. Foi, doute, fanatisme, manipulation, se mélangent pour nous tenir en haleine de façon intrigante, jusqu'à un dénouement inattendu... Ce film adopte une ambiance assez lourde dès l'introduction et ne s'en séparera pas, et une relation crédible s'établit entre les deux personnages principaux sur un fond lourd de tension et de jalousie. A destination des croyants et des non-croyants, ce film est en même temps un petit cours d'histoire et de culture générale quand aux fameux miracles et apparitions. Le besoin de symboles mais aussi de "preuves" de la véracité de la foi des fidèles sont aussi clairement exposés. Le film ne tranche pas sur la nature des apparitions. J’ai trouvé cela très intéressant d’aborder le thème religieux par le biais du surnaturel. Sous un angle scientifique, l’origine des religions semble fondée sur le surnaturel et le mystère. Fouillé et ne prenant aucun parti pris,  le film donne de nombreuses clés non nécessairement pour se faire une opinion mais surtout pour essayer de comprendre pourquoi on croit ou on ne croit pas. "L'Apparition" est un film avec beaucoup de sensibilité et de justesse sur la foi et la religion tout en nous captivant comme dans un thriller. Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 16/20 #lapparition  #mementofilms  #xaviergiannoli  #filmfrancais  #foi  #viergemarie  #mystère  #vatican  #enquête  #surnaturel  #religion  #vincentlindon  #journaliste  #pausecinéphile  #movielover  #cinéma  #chronique  #blog  #critiquefilm 
Ticket de cinema du film Avengers Infinity War 
Ma note: 9,5/10 📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽 Réunir autant de Super-héros dans un seul et même film était pour moi risqué, et finalement non parce que les Super-héros, sont répartis en plusieurs groupes et je trouve que c'est une bonne idée, comme ca chaque personnage a son importance chacun a son moment de bravoure et personne n'es mis en avant. 
Le film débute la ou c'est fini Thor Ragnarok et d'entrée on comprend très vite que Thanos le grand méchant du film et pas la pour plaisanter, et que ce nouveau marvel va être sombre.
Le film dure plus de 2 heures 30 et pourtant on ne ressent aucun ennuis, on tremble régulièrement pour nos héros qui vont tout faire pour empêcher Thanos d'obtenir les six pierres de l'infini.
De bonne scènes d'action surtout la dernière qui est un feu d'artifice et qui offre une fin époustouflante.
Vivement la suite en espérant qu'elle soit au niveau de cette Avengers qui a mis la barre très haut. 🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬 Et vous avez vous aimer ce film ? 🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥 #avengersinfinitywar #avengers3 #avengers #cinema #movie #film #film2018 #instamovies #superhero #ticket #ticketdecinema #avis #avisfilm #aviscinema #critique #critiquecine #critiquefilm #marvel #mcu #cinedome
Ticket de cinema du film Avengers Infinity War Ma note: 9,5/10 📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽 Réunir autant de Super-héros dans un seul et même film était pour moi risqué, et finalement non parce que les Super-héros, sont répartis en plusieurs groupes et je trouve que c'est une bonne idée, comme ca chaque personnage a son importance chacun a son moment de bravoure et personne n'es mis en avant. Le film débute la ou c'est fini Thor Ragnarok et d'entrée on comprend très vite que Thanos le grand méchant du film et pas la pour plaisanter, et que ce nouveau marvel va être sombre. Le film dure plus de 2 heures 30 et pourtant on ne ressent aucun ennuis, on tremble régulièrement pour nos héros qui vont tout faire pour empêcher Thanos d'obtenir les six pierres de l'infini. De bonne scènes d'action surtout la dernière qui est un feu d'artifice et qui offre une fin époustouflante. Vivement la suite en espérant qu'elle soit au niveau de cette Avengers qui a mis la barre très haut. 🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬 Et vous avez vous aimer ce film ? 🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥 #avengersinfinitywar  #avengers3  #avengers  #cinema  #movie  #film  #film2018  #instamovies  #superhero  #ticket  #ticketdecinema  #avis  #avisfilm  #aviscinema  #critique  #critiquecine  #critiquefilm  #marvel  #mcu  #cinedome 
"ÔTEZ-MOI D'UN DOUTE" de Carine Tardieu (2017)

Erwan (François Damiens), inébranlable démineur breton, perd soudain pied lorsqu'il apprend que son père (Guy Marchand) n'est pas son père. Malgré toute la tendresse qu'il éprouve pour l'homme qui l'a élevé, Erwan enquête discrètement et retrouve son géniteur : Joseph (André Wilms), un vieil homme des plus attachants, pour qui il se prend d'affection. Comme un bonheur n'arrive jamais seul, Erwan croise en chemin l'insaisissable Anna (Cécile de France), qu'il entreprend de séduire. Mais un jour qu’il rend visite à Joseph, Erwan réalise qu’Anna n’est rien de moins que sa demi-sœur. 
Enfin une comédie française qui fait énormément de bien et ne ment pas sur la marchandise. C'est doux-amer, c'est touchant, c'est drôle et intelligent. Le sujet de la transmission et de la filiation est abordé avec beaucoup de délicatesse. L'histoire est très belle, sur un sujet difficile, la recherche du père. C’est fort bien écrit, avec suffisamment de rebondissements pour nous tenir en haleine, et nous faire nous demander comment ça va finir. Pour une fois, rien n'est prévisible et c'est bien agréable. Je trouve que tout est parfaitement maîtrisé et que le registre entre rires et larmes fonctionne à merveille !

On ne voit pas le temps passer à côté de ses personnages truculents mais plus ancrés dans le réel que d’habitude, même si quelques pointes de folie sont toujours bien présentes. C'est un film tout en finesse sur plusieurs générations avec leur vie et leurs difficultés à vivre ensemble bien que tout soit dans la délicatesse et une véritable tendresse. On est loin des engueulades et vulgarités en tout genre ou même du narcissisme et démonstration de narcissisme de beaucoup de films français. "Ôtez-moi d'un doute" est un film drôle et intelligent sur la paternité. Un vent de fraîcheur souffle sur la comédie française.
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

#otezmoidundoute #snd #carinetardieu #comédiefrancaise #festivaldecannes #uncertainregard #famille #passé #conflit #romance #francoisdamiens #céciledefrance #guymarchand #andréwilms #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"ÔTEZ-MOI D'UN DOUTE" de Carine Tardieu (2017) Erwan (François Damiens), inébranlable démineur breton, perd soudain pied lorsqu'il apprend que son père (Guy Marchand) n'est pas son père. Malgré toute la tendresse qu'il éprouve pour l'homme qui l'a élevé, Erwan enquête discrètement et retrouve son géniteur : Joseph (André Wilms), un vieil homme des plus attachants, pour qui il se prend d'affection. Comme un bonheur n'arrive jamais seul, Erwan croise en chemin l'insaisissable Anna (Cécile de France), qu'il entreprend de séduire. Mais un jour qu’il rend visite à Joseph, Erwan réalise qu’Anna n’est rien de moins que sa demi-sœur. Enfin une comédie française qui fait énormément de bien et ne ment pas sur la marchandise. C'est doux-amer, c'est touchant, c'est drôle et intelligent. Le sujet de la transmission et de la filiation est abordé avec beaucoup de délicatesse. L'histoire est très belle, sur un sujet difficile, la recherche du père. C’est fort bien écrit, avec suffisamment de rebondissements pour nous tenir en haleine, et nous faire nous demander comment ça va finir. Pour une fois, rien n'est prévisible et c'est bien agréable. Je trouve que tout est parfaitement maîtrisé et que le registre entre rires et larmes fonctionne à merveille ! On ne voit pas le temps passer à côté de ses personnages truculents mais plus ancrés dans le réel que d’habitude, même si quelques pointes de folie sont toujours bien présentes. C'est un film tout en finesse sur plusieurs générations avec leur vie et leurs difficultés à vivre ensemble bien que tout soit dans la délicatesse et une véritable tendresse. On est loin des engueulades et vulgarités en tout genre ou même du narcissisme et démonstration de narcissisme de beaucoup de films français. "Ôtez-moi d'un doute" est un film drôle et intelligent sur la paternité. Un vent de fraîcheur souffle sur la comédie française. Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 16/20 #otezmoidundoute  #snd  #carinetardieu  #comédiefrancaise  #festivaldecannes  #uncertainregard  #famille  #passé  #conflit  #romance  #francoisdamiens  #céciledefrance  #guymarchand  #andréwilms  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
"Star Wars VIII : Les Derniers Jedi" (2017) de Rian Johnson avec Daisy Ridley, Mark Hamill,...
Note : 7/10

SYNOPSIS : 
La résistance peine à échapper au Nouvel Ordre qui tente d'imposer sa domination dans toute la galaxie. Rey (Daisy Ridley), une jeune rebelle sensible à la force tente de suivre l'apprentissage de Luke Skywalker (Mark Hamill) le légendaire chevalier jedi.

CRITIQUE :
Je dois avouer que le film est bien travaillé au niveau de l'intrigue car il alterne avec efficacité les différentes péripéties que les personnages traversent et offre une multitude de rebondissements. Mark Hamill reprend avec brillance le rôle de Luke Skywalker plus mature et plus sombre et cela lui convient parfaitement. Cependant, il ne faut pas pousser le comportement réticent de Luke à l'excès car cela peut vite devenir lassant à force de la voir sans cesse fuir Rey. Néanmoins, cet opus nous offre de superbes combats aériens, le tout mêlés à de superbes décors mais les combats au sabre laser tardent à se dévoiler. La victimisation du Général Hux crée évidemment de l'humour mais elle brise la réputation cruel du Premier Ordre pour faire passer ses membres pour des clowns. Ainsi, je trouve que "Star Wars VIII : Les Derniers Jedi" est inférieur a son prédécesseur dans l'ensemble mais il reste tout de même un divertissement efficace qui arrive à nous surpendre et surtout à nous émouvoir.
Reposez en paix Carrie Fisher.
"Star Wars VIII : Les Derniers Jedi" (2017) de Rian Johnson avec Daisy Ridley, Mark Hamill,... Note : 7/10 SYNOPSIS : La résistance peine à échapper au Nouvel Ordre qui tente d'imposer sa domination dans toute la galaxie. Rey (Daisy Ridley), une jeune rebelle sensible à la force tente de suivre l'apprentissage de Luke Skywalker (Mark Hamill) le légendaire chevalier jedi. CRITIQUE : Je dois avouer que le film est bien travaillé au niveau de l'intrigue car il alterne avec efficacité les différentes péripéties que les personnages traversent et offre une multitude de rebondissements. Mark Hamill reprend avec brillance le rôle de Luke Skywalker plus mature et plus sombre et cela lui convient parfaitement. Cependant, il ne faut pas pousser le comportement réticent de Luke à l'excès car cela peut vite devenir lassant à force de la voir sans cesse fuir Rey. Néanmoins, cet opus nous offre de superbes combats aériens, le tout mêlés à de superbes décors mais les combats au sabre laser tardent à se dévoiler. La victimisation du Général Hux crée évidemment de l'humour mais elle brise la réputation cruel du Premier Ordre pour faire passer ses membres pour des clowns. Ainsi, je trouve que "Star Wars VIII : Les Derniers Jedi" est inférieur a son prédécesseur dans l'ensemble mais il reste tout de même un divertissement efficace qui arrive à nous surpendre et surtout à nous émouvoir. Reposez en paix Carrie Fisher.
"CAFÉ SOCIETY" de Woody Allen (2016)

New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster (Corey Stoll) et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman (Jesse Eisenberg) a le sentiment d'étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil (Steve Carell), puissant agent de stars, accepte de l'engager comme coursier. A Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle (Kristen Stewart) n'est pas libre et doit se contenter de son amitié. 
Présenté en ouverture du 69ème Festival de Cannes, ce film est un hommage à l'âge d'or d'Hollywood et un regard ironique sur la célébrité que nous offre le cinéaste. Je trouve que la mise en scène du film est assez belle et propre puisque les mouvements de caméra donnent une sorte de reconnaissance à son style. L'histoire du film n'est pas originale mais possède un charme mélancolique irrésistible et s'engage parfois avec bonheur dans des digressions savoureuses telles que la mafia, la communauté juive et l'âge d'or du cinéma. Avec ces habituels thèmes, le spectateur est rapidement plongé au coeur de l'intrigue durant 1h30. C'est vraiment dans son écriture que le film impressionne avec des dialogues extrêmement millimétrés, mélangés avec un humour noir et on se retrouve avec un film comique et cynique (la scène avec la prostituée est un véritable bijou d'écriture). La reconstitution du New York des années 30 est très soignée et esthétiquement très réussie. Ce qui est le plus mémorable dans cette charmante escapade est la splendeur des images. C'est certainement le film le plus beau visuellement de son auteur. Une photographie sidérante ! Je fais un petit reproche à la fin du film qui laisse un goût d'inabouti... "Café Society" est petit bijou de finesse, d'élégance et de mélancolie.
Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Ma note : 15/20

#cafésociety #marsfilms #woodyallen #festivaldecannes #filmdouverture #années30 #newyork #famille #gangsters #bourgeoisie #hollywood #agedor #amour #jesseeisenberg #stevecarell #kristenstewart #blakelively #coreystoll #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #moviereview #cinéma #blog #chronique
"CAFÉ SOCIETY" de Woody Allen (2016) New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster (Corey Stoll) et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman (Jesse Eisenberg) a le sentiment d'étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil (Steve Carell), puissant agent de stars, accepte de l'engager comme coursier. A Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle (Kristen Stewart) n'est pas libre et doit se contenter de son amitié. Présenté en ouverture du 69ème Festival de Cannes, ce film est un hommage à l'âge d'or d'Hollywood et un regard ironique sur la célébrité que nous offre le cinéaste. Je trouve que la mise en scène du film est assez belle et propre puisque les mouvements de caméra donnent une sorte de reconnaissance à son style. L'histoire du film n'est pas originale mais possède un charme mélancolique irrésistible et s'engage parfois avec bonheur dans des digressions savoureuses telles que la mafia, la communauté juive et l'âge d'or du cinéma. Avec ces habituels thèmes, le spectateur est rapidement plongé au coeur de l'intrigue durant 1h30. C'est vraiment dans son écriture que le film impressionne avec des dialogues extrêmement millimétrés, mélangés avec un humour noir et on se retrouve avec un film comique et cynique (la scène avec la prostituée est un véritable bijou d'écriture). La reconstitution du New York des années 30 est très soignée et esthétiquement très réussie. Ce qui est le plus mémorable dans cette charmante escapade est la splendeur des images. C'est certainement le film le plus beau visuellement de son auteur. Une photographie sidérante ! Je fais un petit reproche à la fin du film qui laisse un goût d'inabouti... "Café Society" est petit bijou de finesse, d'élégance et de mélancolie. Et vous, l'avez-vous vu ? Qu'en avez-vous pensé ? Ma note : 15/20 #cafésociety  #marsfilms  #woodyallen  #festivaldecannes  #filmdouverture  #années30  #newyork  #famille  #gangsters  #bourgeoisie  #hollywood  #agedor  #amour  #jesseeisenberg  #stevecarell  #kristenstewart  #blakelively  #coreystoll  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #moviereview  #cinéma  #blog  #chronique 
"LARGUÉES" d'Éloïse Lang (2018)

Rose (Camille Cottin) et Alice (Camille Chamoux) sont deux soeurs très différentes. Rose est libre et rock n’roll. Alice est rangée et responsable. Elles ne sont d’accord sur rien, à part sur l’urgence de remonter le moral de Françoise (Miou-Miou), leur mère, fraîchement larguée par leur père pour une femme beaucoup plus jeune. La mission qu’elles se sont données est simple « sauver maman » et le cadre des opérations bien défini : un club de vacances sur l’Ile de la Réunion…

Comment vous dire que j’ai été agréablement surpris ? Je trouve que cette comédie est extrêmement réussie, elle ose d’être très drôle à la fois sur les nombreuses qualités féminines et les défauts féminins. Pour moi, il y a un esprit des « Bronzés » dans cette comédie enlevée et rythmée. Les personnages sont vraiment très bien écrits, caricaturaux juste comme il faut pour qu’on les saisisse rapidement sans tomber dans l’excès. En plus d’être drôle, c’est une comédie douce-amère qui fait beaucoup de bien, où tout est savamment dosé pour ne rien étouffer. De la délicatesse au milieu des plaisanteries et des scènes assez osées, des émotions et des sentiments que l’on ressent. Et trois portraits de femmes, bien différentes malgré leurs liens familiaux, parfaitement brossés et approfondis et qui disent tant sur la femme d’aujourd’hui.

L’évolution de ces trois femmes au fil du film m’a assez touché puisqu’elles sont toutes les trois larguées quelque part. L’une par son mari, les deux autres par rapport à la vie qu’elles mènent. Le film prend de l’ampleur au fur et à mesure et surtout du charme grâce à des scènes très drôles et les liens mères/filles sont surtout explorées vers la fin avec de jolies scènes finales. « Larguées » est une comédie extrêmement drôle, rafraîchissante, sincère, qui fait un bien fou, portée par un excellent trio de comédiennes.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?
Ma note : 15/20

#larguées #pathédistribution #eloiselang #comédiefrancaise #vacances #lareunion #plage #rupture #famille #soeurs #relationmèrefilles #camillecottin #mioumiou #camillechamoux #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"LARGUÉES" d'Éloïse Lang (2018) Rose (Camille Cottin) et Alice (Camille Chamoux) sont deux soeurs très différentes. Rose est libre et rock n’roll. Alice est rangée et responsable. Elles ne sont d’accord sur rien, à part sur l’urgence de remonter le moral de Françoise (Miou-Miou), leur mère, fraîchement larguée par leur père pour une femme beaucoup plus jeune. La mission qu’elles se sont données est simple « sauver maman » et le cadre des opérations bien défini : un club de vacances sur l’Ile de la Réunion… Comment vous dire que j’ai été agréablement surpris ? Je trouve que cette comédie est extrêmement réussie, elle ose d’être très drôle à la fois sur les nombreuses qualités féminines et les défauts féminins. Pour moi, il y a un esprit des « Bronzés » dans cette comédie enlevée et rythmée. Les personnages sont vraiment très bien écrits, caricaturaux juste comme il faut pour qu’on les saisisse rapidement sans tomber dans l’excès. En plus d’être drôle, c’est une comédie douce-amère qui fait beaucoup de bien, où tout est savamment dosé pour ne rien étouffer. De la délicatesse au milieu des plaisanteries et des scènes assez osées, des émotions et des sentiments que l’on ressent. Et trois portraits de femmes, bien différentes malgré leurs liens familiaux, parfaitement brossés et approfondis et qui disent tant sur la femme d’aujourd’hui. L’évolution de ces trois femmes au fil du film m’a assez touché puisqu’elles sont toutes les trois larguées quelque part. L’une par son mari, les deux autres par rapport à la vie qu’elles mènent. Le film prend de l’ampleur au fur et à mesure et surtout du charme grâce à des scènes très drôles et les liens mères/filles sont surtout explorées vers la fin avec de jolies scènes finales. « Larguées » est une comédie extrêmement drôle, rafraîchissante, sincère, qui fait un bien fou, portée par un excellent trio de comédiennes. Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 15/20 #larguées  #pathédistribution  #eloiselang  #comédiefrancaise  #vacances  #lareunion  #plage  #rupture  #famille  #soeurs  #relationmèrefilles  #camillecottin  #mioumiou  #camillechamoux  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
#docteurfrankenstein 
2/5 Le docteur Victor Frankenstein est un brillant scientifique qui fait des recherches et mène des expériences peu communes voire monstrueuses sur l'immortalité. Mais ces recherches vont trop loin et seul son protégé, Igor Strausman pourra le raisonner pour éviter le pire. L'histoire est plutôt bien puisqu'on suit le processus de création du monstre surtout du point de vue d'Igor et c'est assez rythmé. Les décors sont vraiment bien faits et on est bien dans l'ambiance du XIX siècle en Angleterre. La bande son donne aussi des frissons par moment et colle bien aux différentes scènes. Le jeu de Daniel Radcliffe est vraiment bon, il incarne bien son rôle, il passe par différentes émotions jouées avec justesse, du coup il apporte beaucoup au film. Après certaines images peuvent être difficiles et les longs et gros plans n'apportent rien. Les personnages sont trop caractérisés notamment le docteur Frankenstein qui est trop excentrique, il est surexcité tout au long du film, il ne parle jamais normalement. Je veux bien que ce soit un savant fou mais là c'est vraiment trop exagéré et limite énervant. Au final cette énième adaptation du roman du Mary Shelley n'apporte rien de nouveau, d'original ou d'exceptionnel mais reste néanmoins plutôt réussi dans l'ensemble.
#victorfrankenstein #film #movie #fantastic #fantastique #monster #monstre #madness #creation #mort #immortality #danielradcliffe #jamesmcavoy #jessicabrownfindlay #andrewscott #markgatiss #charlesdance#maryshelley #usa#2015 #critiquefilm #moviereview #intafilm #instamovie
#docteurfrankenstein  2/5 Le docteur Victor Frankenstein est un brillant scientifique qui fait des recherches et mène des expériences peu communes voire monstrueuses sur l'immortalité. Mais ces recherches vont trop loin et seul son protégé, Igor Strausman pourra le raisonner pour éviter le pire. L'histoire est plutôt bien puisqu'on suit le processus de création du monstre surtout du point de vue d'Igor et c'est assez rythmé. Les décors sont vraiment bien faits et on est bien dans l'ambiance du XIX siècle en Angleterre. La bande son donne aussi des frissons par moment et colle bien aux différentes scènes. Le jeu de Daniel Radcliffe est vraiment bon, il incarne bien son rôle, il passe par différentes émotions jouées avec justesse, du coup il apporte beaucoup au film. Après certaines images peuvent être difficiles et les longs et gros plans n'apportent rien. Les personnages sont trop caractérisés notamment le docteur Frankenstein qui est trop excentrique, il est surexcité tout au long du film, il ne parle jamais normalement. Je veux bien que ce soit un savant fou mais là c'est vraiment trop exagéré et limite énervant. Au final cette énième adaptation du roman du Mary Shelley n'apporte rien de nouveau, d'original ou d'exceptionnel mais reste néanmoins plutôt réussi dans l'ensemble. #victorfrankenstein  #film  #movie  #fantastic  #fantastique  #monster  #monstre  #madness  #creation  #mort  #immortality  #danielradcliffe  #jamesmcavoy  #jessicabrownfindlay  #andrewscott  #markgatiss  #charlesdance #maryshelley  #usa #2015  #critiquefilm  #moviereview  #intafilm  #instamovie 
"SELMA" d'Ava DuVernay (2015)

La cinéaste a décidé de faire le choix judicieux de ne couvrir qu’un moment précis, daté entre son célèbre discours de Washington et son assassinat. Elle se concentre donc sur un épisode du combat de King qui a eu lieu en 1965 à Selma en Alabama. Des afro-américains se battaient là-bas pour obtenir la possibilité de voter librement sans discrimination. Ce fut donc un moment fort dans son combat pour mettre fin à la ségrégation sociale aux États-Unis. Ce film est classique et montre parfaitement la direction politique choisie par le pasteur américain ; qui est de promouvoir la non-violence à tout prix. Dans ce sens, les rencontres entre Martin Luther King et le Président Johnson sont captivantes. Les enjeux politiques et historiques sont importants mais pour autant la réalisatrice n’omet jamais l’omniprésence de la mort dans le quotidien de Martin Luther King. Le courage de ces hommes et de ces femmes lors de la marche de Selma est remarquable, parce qu’ils risquaient vraiment leur vie, comme le montre plusieurs drames qui ponctuent le récit.

Au travers de séquences chocs dévoilées avec une certaine pudeur telle l’attaque des manifestants par les forces de l’ordre à coups de matraques et de gaz lacrymogène, le spectateur est rapidement plongé au coeur du récit. Je souligne que certaines scènes sont d’ailleurs très dures à regarder et presque insoutenables, et on a vraiment du mal à contenir toute l’émotion ressentie face à cette folie pure et assassine envers le peuple noir américain. La BO, et notamment le titre « Glory » récompensé par l’Oscar de la meilleure chanson originale, vaut le coup. Néanmoins, je reproche au film une réalisation qui se perd à certains moments… « Selma » est un film intense et utile.
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14/20

#selma #pathédistribution #biopic #martinlutherking #avaduvernay #biopic #droitdevote #marche #montgomery #alabama #ségrégation #racisme #davidoyelowo #tomwilkinson #timroth #oprahwinfrey #bradpitt #glory #oscars #meilleurechanson #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"SELMA" d'Ava DuVernay (2015) La cinéaste a décidé de faire le choix judicieux de ne couvrir qu’un moment précis, daté entre son célèbre discours de Washington et son assassinat. Elle se concentre donc sur un épisode du combat de King qui a eu lieu en 1965 à Selma en Alabama. Des afro-américains se battaient là-bas pour obtenir la possibilité de voter librement sans discrimination. Ce fut donc un moment fort dans son combat pour mettre fin à la ségrégation sociale aux États-Unis. Ce film est classique et montre parfaitement la direction politique choisie par le pasteur américain ; qui est de promouvoir la non-violence à tout prix. Dans ce sens, les rencontres entre Martin Luther King et le Président Johnson sont captivantes. Les enjeux politiques et historiques sont importants mais pour autant la réalisatrice n’omet jamais l’omniprésence de la mort dans le quotidien de Martin Luther King. Le courage de ces hommes et de ces femmes lors de la marche de Selma est remarquable, parce qu’ils risquaient vraiment leur vie, comme le montre plusieurs drames qui ponctuent le récit. Au travers de séquences chocs dévoilées avec une certaine pudeur telle l’attaque des manifestants par les forces de l’ordre à coups de matraques et de gaz lacrymogène, le spectateur est rapidement plongé au coeur du récit. Je souligne que certaines scènes sont d’ailleurs très dures à regarder et presque insoutenables, et on a vraiment du mal à contenir toute l’émotion ressentie face à cette folie pure et assassine envers le peuple noir américain. La BO, et notamment le titre « Glory » récompensé par l’Oscar de la meilleure chanson originale, vaut le coup. Néanmoins, je reproche au film une réalisation qui se perd à certains moments… « Selma » est un film intense et utile. Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 14/20 #selma  #pathédistribution  #biopic  #martinlutherking  #avaduvernay  #biopic  #droitdevote  #marche  #montgomery  #alabama  #ségrégation  #racisme  #davidoyelowo  #tomwilkinson  #timroth  #oprahwinfrey  #bradpitt  #glory  #oscars  #meilleurechanson  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
Ma critique d'un des films d'horreur les plus attendus de l'année : "Action ou Vérité"! Qu'avez-vous pensé du film ? 😊 
Le lien ci-dessous:
https://youtu.be/flWkqnLXdg8

#actionouvérité #actionouvéritéfilm #actionouvéritécritique #truthordarecritique #cinéphile #critiquefilm #critiquecinéma #cinémahorreur #toahirhouse #filmhorreur #filmhorreurcritique #youtubeur
•
🎬 OKJA 🎬
•
Non je n’arrête pas la cuisine (t’as vu ma tronche, t’as cru que j’allais arrêter de le nourrir ?). A la base, la page est un partage de ce que j’aime. Donc j’aime la bouffe, ça on l’avait compris, mais j’aime aussi lire (j’en parlerai quand j’aurai terminé 680/1018...) et j’aime aussi voir tous les mois débité sur mon compte mon abonnement Netflix. J’ai décidé de regarder des films (tendances ou pas) et de vous dire de ce que j’en pense !
Prenez deux minutes pour lire un peu (ça ne vous fera pas de mal) et surtout partagez votre avis si vous avez vu le film en question ! Sinon allez juste le mater, bon sang faut tout vous dire !
En revanche je vous pris d’être indulgent pour cette première fiche d’un film choisi pour ses engagements que je partage. •
Sur ce, bonne journée à vous ! •
La bise 💋
•
•
•
#critiquefilm #healthylifestyle #cinema #netflix #movie #analyse #filmengage #ecologie  #animaux #protectiondesanimaux #vegan #frenchgirl #instacinema #aricle #fichedefilm #bienetre #loveanimals #culture #onsecultive #veggie #sweethome #hashtag
• 🎬 OKJA 🎬 • Non je n’arrête pas la cuisine (t’as vu ma tronche, t’as cru que j’allais arrêter de le nourrir ?). A la base, la page est un partage de ce que j’aime. Donc j’aime la bouffe, ça on l’avait compris, mais j’aime aussi lire (j’en parlerai quand j’aurai terminé 680/1018...) et j’aime aussi voir tous les mois débité sur mon compte mon abonnement Netflix. J’ai décidé de regarder des films (tendances ou pas) et de vous dire de ce que j’en pense ! Prenez deux minutes pour lire un peu (ça ne vous fera pas de mal) et surtout partagez votre avis si vous avez vu le film en question ! Sinon allez juste le mater, bon sang faut tout vous dire ! En revanche je vous pris d’être indulgent pour cette première fiche d’un film choisi pour ses engagements que je partage. • Sur ce, bonne journée à vous ! • La bise 💋 • • • #critiquefilm  #healthylifestyle  #cinema  #netflix  #movie  #analyse  #filmengage  #ecologie  #animaux  #protectiondesanimaux  #vegan  #frenchgirl  #instacinema  #aricle  #fichedefilm  #bienetre  #loveanimals  #culture  #onsecultive  #veggie  #sweethome  #hashtag 
7/10 : 🇫🇷 Un bon film d’espionnage qui malgré quelques longueurs est efficace et prenant grâce aux images et à la mise en scène de Francis Lawrence. Jennifer Lawrence sort de sa zone de confort et de ses précédents rôles en interprétant une femme fatale dans des scènes dures et violentes.
*
🇬🇧A good spy thriller which in spit of some lenghthes is effective and fascinating thanks to the images and to Francis Lawrence’s direction. Jennifer Lawrence goes out of his zone of comfort and his previous roles by interpreting a femme fatale in hard and violent scenes.
*
#redsparrow #jenniferlawrence #joeledgerton #thriller #espionnage #film #movie #filmcritic #filmreview #moviereview #moviefan #movielover #cinema #cine #cinephile #theater #instareview #instamovies #critiquefilm #critique #villeurbanne #lyon #france #2018
7/10 : 🇫🇷 Un bon film d’espionnage qui malgré quelques longueurs est efficace et prenant grâce aux images et à la mise en scène de Francis Lawrence. Jennifer Lawrence sort de sa zone de confort et de ses précédents rôles en interprétant une femme fatale dans des scènes dures et violentes. * 🇬🇧A good spy thriller which in spit of some lenghthes is effective and fascinating thanks to the images and to Francis Lawrence’s direction. Jennifer Lawrence goes out of his zone of comfort and his previous roles by interpreting a femme fatale in hard and violent scenes. * #redsparrow  #jenniferlawrence  #joeledgerton  #thriller  #espionnage  #film  #movie  #filmcritic  #filmreview  #moviereview  #moviefan  #movielover  #cinema  #cine  #cinephile  #theater  #instareview  #instamovies  #critiquefilm  #critique  #villeurbanne  #lyon  #france  #2018 
"HER" de Spike Jonze (2014)

La joie d’une belle rencontre. Le bonheur d’un sourire. La beauté d’un regard. Mais qu’est ce qu’aimer ? Qu’est-ce que l’amour ? Quelles en sont les frontières ? Peut-on les dépasser ? Ce film, « Her » pose toutes ces questions avec un scénario extrêmement riche et mélancolique, à la fois terrifiant et enveloppant, sur la disparition progressive des véritables interactions sociales. L’être humain aura toujours besoin de partager ses émotions, ses joies et ses peines. C’est dans sa nature profonde. Alors, s’il ne peut plus le faire avec un autre humain, comment peut-il y arriver ? J’attendais beaucoup de ce film, et je peux vous dire que c’est un film que vous ne voyez que trop peu au cinéma et qui vous fait évader. C’est un film universel qui porte plusieurs messages, qui parle d’amour, de solitude et de tristesse avec une poésie qui m’a charmé.

J’ai aimé la belle et élégante mise en scène de Jonze ainsi que sa méticuleuse et magnifique vision du futur, à la fois intemporel et réaliste. L’histoire que nous raconte ce film est d’une simplicité incroyable mais d’une intensité très forte. Ce film parle d’amour merveilleusement bien a travers la rencontre entre Théodore et une intelligence artificielle. La relation qui se met en place entre eux deux est d’une honnêteté et d’une transparence très touchante. L’ambiance est très particulière par l’absence d’ambiance sonore. Nous sommes focalisés sur eux et tout le reste n’existe pas. La technologie utilisé rend les gens totalement solitaires. Le film aborde beaucoup de thématiques notamment la jalousie mais surtout il démontre que l’on peu aimer une voix, une personnalité mais qu’au bout d’un moment on a besoin d’un corps. On a besoin de la présence de quelqu’un physiquement pour recevoir de la tendresse. « Her » est une oeuvre bouleversante qui restera gravé dans ma mémoire.
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?
Ma note : 20/20

#her #wildbunch #spikejonze #oscar #meilleurscénario #amour #solitude #intelligenceartificielle #futur #amitié #dépression #joaquinphoenix #scarlettjohansson #amyadams #rooneymara #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #cinéma #blog #chronique
"HER" de Spike Jonze (2014) La joie d’une belle rencontre. Le bonheur d’un sourire. La beauté d’un regard. Mais qu’est ce qu’aimer ? Qu’est-ce que l’amour ? Quelles en sont les frontières ? Peut-on les dépasser ? Ce film, « Her » pose toutes ces questions avec un scénario extrêmement riche et mélancolique, à la fois terrifiant et enveloppant, sur la disparition progressive des véritables interactions sociales. L’être humain aura toujours besoin de partager ses émotions, ses joies et ses peines. C’est dans sa nature profonde. Alors, s’il ne peut plus le faire avec un autre humain, comment peut-il y arriver ? J’attendais beaucoup de ce film, et je peux vous dire que c’est un film que vous ne voyez que trop peu au cinéma et qui vous fait évader. C’est un film universel qui porte plusieurs messages, qui parle d’amour, de solitude et de tristesse avec une poésie qui m’a charmé. J’ai aimé la belle et élégante mise en scène de Jonze ainsi que sa méticuleuse et magnifique vision du futur, à la fois intemporel et réaliste. L’histoire que nous raconte ce film est d’une simplicité incroyable mais d’une intensité très forte. Ce film parle d’amour merveilleusement bien a travers la rencontre entre Théodore et une intelligence artificielle. La relation qui se met en place entre eux deux est d’une honnêteté et d’une transparence très touchante. L’ambiance est très particulière par l’absence d’ambiance sonore. Nous sommes focalisés sur eux et tout le reste n’existe pas. La technologie utilisé rend les gens totalement solitaires. Le film aborde beaucoup de thématiques notamment la jalousie mais surtout il démontre que l’on peu aimer une voix, une personnalité mais qu’au bout d’un moment on a besoin d’un corps. On a besoin de la présence de quelqu’un physiquement pour recevoir de la tendresse. « Her » est une oeuvre bouleversante qui restera gravé dans ma mémoire. Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 20/20 #her  #wildbunch  #spikejonze  #oscar  #meilleurscénario  #amour  #solitude  #intelligenceartificielle  #futur  #amitié  #dépression  #joaquinphoenix  #scarlettjohansson  #amyadams  #rooneymara  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #cinéma  #blog  #chronique 
#antman 
4/5 un film sur le plus petit des super-héros. Scott Lang, un ancien cambrioleur sortant de prison, cherche un travail pour pouvoir voir sa fille, Cassie. N'en trouvant pas et désespérant, il accepte de cambrioler une maison avec l'aide de son complice Luis. La seule chose qu'il trouve dans le coffre fort est un costume intrigant. Lorsqu'il l'essaye il rétrécit et devient de la taille d'une fourmi. Il fait alors la connaissance du propriétaire du costume et de la maison, le docteur Hank Pym, un grand scientifique et devient malgré lui un super héros devant sauver le monde d'une énorme menasse. Le gros plus de ce film ce sont les effets spéciaux spectaculaires et la mise en scène de l'infiniment petit. C'est super bien réalisé, on est complètement dedans. C'est un film plutôt drôle, l'intrigue est sympa et ingénieuse, le scénario est captivant et ne connaît pas de temps mort, il y a de nombreux liens avec l'univers Marvel et l'idée de ce mini super-héros est original. On a en plus de la sympathie pour lui puisqu'il est normal, comme tout le monde et c'est avant tout un papa au grand cœur. Le film dure environ 2h mais c'est presque un peu court, on a envie d'en voir plus. C'est également un film pour tous les âges, il y a de l'action mais pas de violence, c'est vraiment agréable à regarder. Après on ne voit pas assez le méchant, on ne sait pas trop de quoi il est capable et s'il est supérieur à Ant-man ou non. Du coup le suspens ne s'installe pas et le combat final est assez vite expédié, on ne se rend pas compte des capacités de chacun. On retrouve aussi les mêmes ingrédients qui font le succès de ce style de production mais au final c'est un très bon film fantastique, une vraie réussite. 2petits bonus à la toute fin du générique final pour nous inciter à poursuivre l'aventure avec ce mini super-héros.
#film #movie #paulrudd #michaeldouglas #evangelinelilly #michaelpena #chrisevans #judygreer #anthonymackie #bobbycannavale #johnslattery  #2015 #marvel #avengers #superhero #superheroes #fantastic #fantastique #disney #captainamerica #faucon #comiccon #usa #critiquefilm #moviereview #instafilm #instamovie
#antman  4/5 un film sur le plus petit des super-héros. Scott Lang, un ancien cambrioleur sortant de prison, cherche un travail pour pouvoir voir sa fille, Cassie. N'en trouvant pas et désespérant, il accepte de cambrioler une maison avec l'aide de son complice Luis. La seule chose qu'il trouve dans le coffre fort est un costume intrigant. Lorsqu'il l'essaye il rétrécit et devient de la taille d'une fourmi. Il fait alors la connaissance du propriétaire du costume et de la maison, le docteur Hank Pym, un grand scientifique et devient malgré lui un super héros devant sauver le monde d'une énorme menasse. Le gros plus de ce film ce sont les effets spéciaux spectaculaires et la mise en scène de l'infiniment petit. C'est super bien réalisé, on est complètement dedans. C'est un film plutôt drôle, l'intrigue est sympa et ingénieuse, le scénario est captivant et ne connaît pas de temps mort, il y a de nombreux liens avec l'univers Marvel et l'idée de ce mini super-héros est original. On a en plus de la sympathie pour lui puisqu'il est normal, comme tout le monde et c'est avant tout un papa au grand cœur. Le film dure environ 2h mais c'est presque un peu court, on a envie d'en voir plus. C'est également un film pour tous les âges, il y a de l'action mais pas de violence, c'est vraiment agréable à regarder. Après on ne voit pas assez le méchant, on ne sait pas trop de quoi il est capable et s'il est supérieur à Ant-man ou non. Du coup le suspens ne s'installe pas et le combat final est assez vite expédié, on ne se rend pas compte des capacités de chacun. On retrouve aussi les mêmes ingrédients qui font le succès de ce style de production mais au final c'est un très bon film fantastique, une vraie réussite. 2petits bonus à la toute fin du générique final pour nous inciter à poursuivre l'aventure avec ce mini super-héros. #film  #movie  #paulrudd  #michaeldouglas  #evangelinelilly  #michaelpena  #chrisevans  #judygreer  #anthonymackie  #bobbycannavale  #johnslattery  #2015  #marvel  #avengers  #superhero  #superheroes  #fantastic  #fantastique  #disney  #captainamerica  #faucon  #comiccon  #usa  #critiquefilm  #moviereview  #instafilm  #instamovie 
#abrasouverts 
4/5 une comédie où l'on rit tout au long du film. Jean-Etienne Fougerolles, intellectuel bobo et marié à une riche héritière déconnectée, fait la promotion de son livre " A bras ouverts" où il défend les plus démunis notamment les Rome. Suite à un débat télévisé il indique qu'il est prêt à accueillir chez lui ceux qui sont dans le besoin. Une famille de Rome va alors débarquer chez lui, dans sa somptueuse maison de Marnes-la-Coquette, et lui et sa femme vont avoir du mal à garder leur calme et leurs convictions fasse à cette arrivée. Le père de la famille ROM, Babik joué par Art Abittan est juste exceptionnel ! Il est remarquable dans son rôle, il en rajoute beaucoup mais c'est parfait, il nous fait rire du début à la fin, son accent est excellent (surtout quand il chante! ) et au final on adore son personnage. Il y a du rythme et les situations catastrophes s'enchaînent. Les scènes, les répliques et les réparties sont souvent amusantes car super stéréotypées, déformées ou simplifiées mais ça rend bien. Après il y a beaucoup de critiques négatives sur ce film, je ne vois pas pourquoi. Oui c'est cliché mais c'est ça qui est drôle et non ce n'est pas raciste. Tout le monde en prend pour son grade : les Rome comme le français bobo de gauche type joué par Clavier. Chacun est différent avec ses US et coutumes mais on peut essayer de se comprendre, de s'aider et de s'apprécier. Et au final dans le film, tout s'arrange, les barrières sont tombées et la tolérance des deux côtés est établi, c'est ce qu'il faut retenir. N'oublions pas aussi que le film précédent de Philippe De Chauveron, le réalisateur et scénariste de "qu'est ce qu'on a fait au bon dieu?" caricaturait les catho et faisait déjà polémique sur les sujets du racisme et des préjugés à travers les différents couples. Il faut savoir rire de tout dans la vie, surtout de soi, vivre et profiter sans se prendre la tête. C'est ce que propose le film : amusant, distrayant et à ne pas prendre au sérieux ! 
#cinema #movie #christianclavier #aryabittan #elsazylberstein #2017 #comedie #tolerance #aide #bobo #rire #partage #marneslacoquette #critiquefilm #moviereview #instafilm #instamovie
#abrasouverts  4/5 une comédie où l'on rit tout au long du film. Jean-Etienne Fougerolles, intellectuel bobo et marié à une riche héritière déconnectée, fait la promotion de son livre " A bras ouverts" où il défend les plus démunis notamment les Rome. Suite à un débat télévisé il indique qu'il est prêt à accueillir chez lui ceux qui sont dans le besoin. Une famille de Rome va alors débarquer chez lui, dans sa somptueuse maison de Marnes-la-Coquette, et lui et sa femme vont avoir du mal à garder leur calme et leurs convictions fasse à cette arrivée. Le père de la famille ROM, Babik joué par Art Abittan est juste exceptionnel ! Il est remarquable dans son rôle, il en rajoute beaucoup mais c'est parfait, il nous fait rire du début à la fin, son accent est excellent (surtout quand il chante! ) et au final on adore son personnage. Il y a du rythme et les situations catastrophes s'enchaînent. Les scènes, les répliques et les réparties sont souvent amusantes car super stéréotypées, déformées ou simplifiées mais ça rend bien. Après il y a beaucoup de critiques négatives sur ce film, je ne vois pas pourquoi. Oui c'est cliché mais c'est ça qui est drôle et non ce n'est pas raciste. Tout le monde en prend pour son grade : les Rome comme le français bobo de gauche type joué par Clavier. Chacun est différent avec ses US et coutumes mais on peut essayer de se comprendre, de s'aider et de s'apprécier. Et au final dans le film, tout s'arrange, les barrières sont tombées et la tolérance des deux côtés est établi, c'est ce qu'il faut retenir. N'oublions pas aussi que le film précédent de Philippe De Chauveron, le réalisateur et scénariste de "qu'est ce qu'on a fait au bon dieu?" caricaturait les catho et faisait déjà polémique sur les sujets du racisme et des préjugés à travers les différents couples. Il faut savoir rire de tout dans la vie, surtout de soi, vivre et profiter sans se prendre la tête. C'est ce que propose le film : amusant, distrayant et à ne pas prendre au sérieux ! #cinema  #movie  #christianclavier  #aryabittan  #elsazylberstein  #2017  #comedie  #tolerance  #aide  #bobo  #rire  #partage  #marneslacoquette  #critiquefilm  #moviereview  #instafilm  #instamovie 
L’ÎLE AUX CHIENS ⭐️⭐️⭐️⭐️
Quand l’art et la technique se rencontrent au sommet ! Ça donne ce superbe film d’animation de Wes Anderson. Dans un Japon futuriste 🇯🇵🇯🇵🇯🇵 🌇🌇🌇, les chiens sont déportés sur une île poubelle, les scientifiques sont bâillonnés et les étudiants libérateurs sont opprimés. Un enfant pilote atterrit sur l’île pour retrouver son fidèle compagnon, aidé d’une bande de chiens abandonnés 🐕 🐕🐕 Entre fable politique, écologique et philosophique, ce film nous transporte dans un flot d’émotions. L’animation est incroyable de précision et d’innovation. À voir en VF ou VO pour le superbe casting de voix célèbres !  #film #instafilm #filmstagram #movie #instamovie #moviestagram #cinephile #cinema #cinéma #cinemastagram #instacimena #critiquefilm #critiquedefilm #critique #avis #filmdanimation #teleramou #lileauxchiens #isleofdogs #wesanderson #japan
L’ÎLE AUX CHIENS ⭐️⭐️⭐️⭐️ Quand l’art et la technique se rencontrent au sommet ! Ça donne ce superbe film d’animation de Wes Anderson. Dans un Japon futuriste 🇯🇵🇯🇵🇯🇵 🌇🌇🌇, les chiens sont déportés sur une île poubelle, les scientifiques sont bâillonnés et les étudiants libérateurs sont opprimés. Un enfant pilote atterrit sur l’île pour retrouver son fidèle compagnon, aidé d’une bande de chiens abandonnés 🐕 🐕🐕 Entre fable politique, écologique et philosophique, ce film nous transporte dans un flot d’émotions. L’animation est incroyable de précision et d’innovation. À voir en VF ou VO pour le superbe casting de voix célèbres ! #film  #instafilm  #filmstagram  #movie  #instamovie  #moviestagram  #cinephile  #cinema  #cinéma  #cinemastagram  #instacimena  #critiquefilm  #critiquedefilm  #critique  #avis  #filmdanimation  #teleramou  #lileauxchiens  #isleofdogs  #wesanderson  #japan 
"LINCOLN" de Steven Spielberg (2013)

Bien que le film soit centré sur la bataille politique du président pour l’abolition , tout le contexte dans lequel cette bataille a lieu est explicité , à savoir la guerre de sécession et toutes ses conséquences , mais le film se veut aussi intimiste et nous montre l’ensemble des tourments notamment familiaux qui agitent Lincoln sous ses airs joviales et nous rappellent l’homme derrière le président . Cependant l’essentiel du film reste consacré à la lente marche vers l’abolition de l’esclavage avec son lot de magouilles politiciennes mais surtout de grandes envolées lyriques , de débats acharnés et de réflexions profondes.  Le film ne manque pas pour autant de grands moments et d’instants suspendus. Après tout, c’est plus qu’un biopic ou un film politique, c’est un film sur la politique. Ce parti pris peut désarçonner le spectateur car l’ensemble dégage une atmosphère assez lente et calme. Pour autant, on assiste à des joutes verbales, à des rebondissements ou des surprises.

Les musiques de John Williams donnent encore plus d’âme à l’oeuvre. Le travail effectué sur les décors, les maquillages, les costumes est vraiment visible. On sent bien que Spielberg voulait donner le meilleur de lui-même pour ce film qui lui tenait particulièrement à cœur mais je regrette les longueurs de ce long-métrage dont je me suis un peu ennuyé puisque le film est extrêmement bavard, les séquences de débats au sein de la Chambre des Représentants ou à la Maison Blanche s’enchaînent. « Lincoln » est une oeuvre classique, riche, maîtrisée et très travaillée mais je regrette l’absence d’une petite touche de folie. Daniel Day-Lewis est incroyable !
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14/20

#lincoln #adaptation #stevenspielberg #histoirevraie #esclave #président #etatsunis #guerrecivile #mandat #conflit #oscars #meilleuracteur #danieldaylewis #sallyfield #tommyleejones #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #moviereview #cinéma #blog #chronique
"LINCOLN" de Steven Spielberg (2013) Bien que le film soit centré sur la bataille politique du président pour l’abolition , tout le contexte dans lequel cette bataille a lieu est explicité , à savoir la guerre de sécession et toutes ses conséquences , mais le film se veut aussi intimiste et nous montre l’ensemble des tourments notamment familiaux qui agitent Lincoln sous ses airs joviales et nous rappellent l’homme derrière le président . Cependant l’essentiel du film reste consacré à la lente marche vers l’abolition de l’esclavage avec son lot de magouilles politiciennes mais surtout de grandes envolées lyriques , de débats acharnés et de réflexions profondes. Le film ne manque pas pour autant de grands moments et d’instants suspendus. Après tout, c’est plus qu’un biopic ou un film politique, c’est un film sur la politique. Ce parti pris peut désarçonner le spectateur car l’ensemble dégage une atmosphère assez lente et calme. Pour autant, on assiste à des joutes verbales, à des rebondissements ou des surprises. Les musiques de John Williams donnent encore plus d’âme à l’oeuvre. Le travail effectué sur les décors, les maquillages, les costumes est vraiment visible. On sent bien que Spielberg voulait donner le meilleur de lui-même pour ce film qui lui tenait particulièrement à cœur mais je regrette les longueurs de ce long-métrage dont je me suis un peu ennuyé puisque le film est extrêmement bavard, les séquences de débats au sein de la Chambre des Représentants ou à la Maison Blanche s’enchaînent. « Lincoln » est une oeuvre classique, riche, maîtrisée et très travaillée mais je regrette l’absence d’une petite touche de folie. Daniel Day-Lewis est incroyable ! Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 14/20 #lincoln  #adaptation  #stevenspielberg  #histoirevraie  #esclave  #président  #etatsunis  #guerrecivile  #mandat  #conflit  #oscars  #meilleuracteur  #danieldaylewis  #sallyfield  #tommyleejones  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #moviereview  #cinéma  #blog  #chronique 
"The Autopsy of Jane Doe" de André øvredal avec Emile Hirsch, Brian Cox, Olwen Kelly,...
Note : 7/10

SYNOPSIS :
Tommy Tilden (Brian Cox) et son fils Austin Tilden (Emile Hirsch) sont médecins légistes chargés de pratiquer des autopsies sur des cadavres. Un jour le shérif leur ramène le corps d'une jeune femme nommée Jane Doe (Olwen Kelly). Cependant, des phénomènes étranges se produisent lors de l'autopsie du corps.

CRITIQUE :
Je trouve que "The Autopsy of Jane Doe" est un thriller correcte qui personnellement n'est pas effrayant mais il peut vous inspirer le dégoût par le biais des autopsies pratiquées sur les cadavres. Les acteurs Emile Hirsch et Brian Cox livrent des performances convaincantes qui permettent au film de conserver son efficacité. De plus, je trouve que les effets spéciaux sont superbes car on ressent cette impression de réalisme lors de l'autopsie pratiquée sur la fausse doublure de l'actrice Olwen Kelly. Bien que les éléments surnaturels dans ce film servent à nous divertir, "The Autopsy of Jane Doe" nous rappelle que même si une personne est morte, elle reste vivante dans les mémoires de ses proches et des individus voulant lui rendre honneur. Le comportement dont fait preuve le personnage d'Austin Tilden et sa petite amie avec les corps de la morgue au début du film est lamentable car les défunts ne sont pas des attractions et même si ses individus sont décédés, personne ne voudrait se faire humilier après la mort.
"The Autopsy of Jane Doe" de André øvredal avec Emile Hirsch, Brian Cox, Olwen Kelly,... Note : 7/10 SYNOPSIS : Tommy Tilden (Brian Cox) et son fils Austin Tilden (Emile Hirsch) sont médecins légistes chargés de pratiquer des autopsies sur des cadavres. Un jour le shérif leur ramène le corps d'une jeune femme nommée Jane Doe (Olwen Kelly). Cependant, des phénomènes étranges se produisent lors de l'autopsie du corps. CRITIQUE : Je trouve que "The Autopsy of Jane Doe" est un thriller correcte qui personnellement n'est pas effrayant mais il peut vous inspirer le dégoût par le biais des autopsies pratiquées sur les cadavres. Les acteurs Emile Hirsch et Brian Cox livrent des performances convaincantes qui permettent au film de conserver son efficacité. De plus, je trouve que les effets spéciaux sont superbes car on ressent cette impression de réalisme lors de l'autopsie pratiquée sur la fausse doublure de l'actrice Olwen Kelly. Bien que les éléments surnaturels dans ce film servent à nous divertir, "The Autopsy of Jane Doe" nous rappelle que même si une personne est morte, elle reste vivante dans les mémoires de ses proches et des individus voulant lui rendre honneur. Le comportement dont fait preuve le personnage d'Austin Tilden et sa petite amie avec les corps de la morgue au début du film est lamentable car les défunts ne sont pas des attractions et même si ses individus sont décédés, personne ne voudrait se faire humilier après la mort.
Cours de coréen express ou Avis Ciné Express? On s'y perd :p #montagevideo #critiquefilm #critique #thevillainess #coursdecoréen #coursdecoreen #aviscinema
"LA FILLE DU PUISATIER" de Daniel Auteuil (2011)

En coupant à travers champs pour aller porter le déjeuner à son père (Daniel Auteuil), Patricia (Astrid Bergès-Frisbey) rencontre Jacques (Nicolas Duvauchelle). Elle a dix-huit ans, il en a vingt-six. Elle est jolie, avec des manières fines de demoiselle ; il est pilote de chasse et beau garçon. Un peu de clair de lune fera le reste à leur seconde rencontre. Il n’y aura pas de troisième rendez-vous : Jacques est envoyé au front. Patricia attendra un enfant de cette rencontre. Les riches parents du garçon (Sabine Azéma et Jean-Pierre Daroussin) crieront au chantage, Patricia et son père, le puisatier, auront seuls la joie d’accueillir l’enfant. Une joie que les Mazel leur envieront bientôt et chercheront à partager, car Jacques est porté disparu…

Pour sa première réalisation, l’acteur Daniel Auteuil donne dans le romantisme mêlant amour fou, coeurs brisés et déchirures familiales ! C’est une véritable poésie que le cinéaste nous offre pour une première mise en scène assez brillante. Certes, le film est très académique et ne cherche pas l’originalité mais la réalisation est sobre mais de bonne facture, laissant la part belle aux paysages et à la musique. Les dialogues sont savoureux, je n’ai pas eu l’occasion de voir l’original et ne peut donc pas comparer, mais ce film bourré d’émotion est une bonne surprise.

Les décors provençaux qui nous font sentir l’esprit du Midi, les musiques discrètes, bien placées et bien choisit, des scènes amenés sans difficultés, une ambiance typique et une bonne leçon de vie donnée par les protagonistes fait qu’on passe un agréable moment, sortant de la salle avec du baume au cœur. « La Fille du puisatier » est un film chaleureux et sensible, rempli d’amour et de tendresse malgré une mise en scène académique.
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 14/20

#lafilledupuisatier #adaptation #marcelpagnol #pathédistribution #premierfilm #rencontre #famille #amour #guerre #enfant #campagne #danielauteuil #kadmerad #astridbergesfrisbey #sabineazema #jeanpierredarroussin #nicolasduvauchelle #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #moviereview #cinéma #blog #chronique
"LA FILLE DU PUISATIER" de Daniel Auteuil (2011) En coupant à travers champs pour aller porter le déjeuner à son père (Daniel Auteuil), Patricia (Astrid Bergès-Frisbey) rencontre Jacques (Nicolas Duvauchelle). Elle a dix-huit ans, il en a vingt-six. Elle est jolie, avec des manières fines de demoiselle ; il est pilote de chasse et beau garçon. Un peu de clair de lune fera le reste à leur seconde rencontre. Il n’y aura pas de troisième rendez-vous : Jacques est envoyé au front. Patricia attendra un enfant de cette rencontre. Les riches parents du garçon (Sabine Azéma et Jean-Pierre Daroussin) crieront au chantage, Patricia et son père, le puisatier, auront seuls la joie d’accueillir l’enfant. Une joie que les Mazel leur envieront bientôt et chercheront à partager, car Jacques est porté disparu… Pour sa première réalisation, l’acteur Daniel Auteuil donne dans le romantisme mêlant amour fou, coeurs brisés et déchirures familiales ! C’est une véritable poésie que le cinéaste nous offre pour une première mise en scène assez brillante. Certes, le film est très académique et ne cherche pas l’originalité mais la réalisation est sobre mais de bonne facture, laissant la part belle aux paysages et à la musique. Les dialogues sont savoureux, je n’ai pas eu l’occasion de voir l’original et ne peut donc pas comparer, mais ce film bourré d’émotion est une bonne surprise. Les décors provençaux qui nous font sentir l’esprit du Midi, les musiques discrètes, bien placées et bien choisit, des scènes amenés sans difficultés, une ambiance typique et une bonne leçon de vie donnée par les protagonistes fait qu’on passe un agréable moment, sortant de la salle avec du baume au cœur. « La Fille du puisatier » est un film chaleureux et sensible, rempli d’amour et de tendresse malgré une mise en scène académique. Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 14/20 #lafilledupuisatier  #adaptation  #marcelpagnol  #pathédistribution  #premierfilm  #rencontre  #famille  #amour  #guerre  #enfant  #campagne  #danielauteuil  #kadmerad  #astridbergesfrisbey  #sabineazema  #jeanpierredarroussin  #nicolasduvauchelle  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #moviereview  #cinéma  #blog  #chronique 
🎬Game night
❤8/10
❓un esprit de competition affûté, une bonne bande d'amis deglingos et une soirée jeu type "murder party" qui dégénère.
🤣grand bien m'a pris hier soir d'aller voir ce film. La BA m'avait deja bien fait rire mais j'avais peur que le film ne soit pas a la hauteur. Bonne surprise : il l'est. 
Un moment vraiment drôle avec des répliques bien trouvées et des situations cocasses. Si vous cherchez a vous détendre apres le boulot, Game Night est la solution.
#gameNight #lesAA #lesavisdagrippine #critiquefilm #critiqueciné #lesfilmsdagrippine
🎬Game night ❤8/10 ❓un esprit de competition affûté, une bonne bande d'amis deglingos et une soirée jeu type "murder party" qui dégénère. 🤣grand bien m'a pris hier soir d'aller voir ce film. La BA m'avait deja bien fait rire mais j'avais peur que le film ne soit pas a la hauteur. Bonne surprise : il l'est. Un moment vraiment drôle avec des répliques bien trouvées et des situations cocasses. Si vous cherchez a vous détendre apres le boulot, Game Night est la solution. #gameNight  #lesAA  #lesavisdagrippine  #critiquefilm  #critiqueciné  #lesfilmsdagrippine 
Affiche du film La filature (skiptrace en vo)

Un film Netflix 
Réaliser par Renny Harlin
Avec Jackie Chan, Johnny Knoxville
Durée: 1h51 
Ma note: 6,5/10 🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬 Un scénario des plus classique avec un duo qui au début ne s'apprécie pas et bien sur fini par devenir ami, l'un est flic et veux venger la mort de son coéquipier, l'autre et un escroc qui fuit des gens qui veulent récupérer un objet en sa possession .
Malgré ce scénario banal le film reste agréable, le bon vieux Jackie Chan nous offre toujours quelque cascades et des combats à seul contre plusieurs même si il est moins rapide qu'avant c'est toujours un plaisir de le voir combattre et a plus de 60 ans ça force le respect.
Pour le côté humoristique du film c'est Johnny Knoxville (connue pour les films Jackass) qui si colle. En résumé un film correct mais vite vu vite oublier.
📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽 Et vous avez vous aimer ce film ?
🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥 #lafilature #skiptrace #cinema #movie #film #filmnetflix #netflix #affiche #affichefilm #affichecinema #poster #critique #critiquecine #critiquefilm #avis #avisfilm #aviscinema #jackiechan #johnnyknoxville #rennyharlin
Affiche du film La filature (skiptrace en vo) Un film Netflix Réaliser par Renny Harlin Avec Jackie Chan, Johnny Knoxville Durée: 1h51 Ma note: 6,5/10 🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬 Un scénario des plus classique avec un duo qui au début ne s'apprécie pas et bien sur fini par devenir ami, l'un est flic et veux venger la mort de son coéquipier, l'autre et un escroc qui fuit des gens qui veulent récupérer un objet en sa possession . Malgré ce scénario banal le film reste agréable, le bon vieux Jackie Chan nous offre toujours quelque cascades et des combats à seul contre plusieurs même si il est moins rapide qu'avant c'est toujours un plaisir de le voir combattre et a plus de 60 ans ça force le respect. Pour le côté humoristique du film c'est Johnny Knoxville (connue pour les films Jackass) qui si colle. En résumé un film correct mais vite vu vite oublier. 📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽 Et vous avez vous aimer ce film ? 🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥 #lafilature  #skiptrace  #cinema  #movie  #film  #filmnetflix  #netflix  #affiche  #affichefilm  #affichecinema  #poster  #critique  #critiquecine  #critiquefilm  #avis  #avisfilm  #aviscinema  #jackiechan  #johnnyknoxville  #rennyharlin 
Je n ai jamais, au grand jamais aimé Albert Dupontel. C est pas faute d avoir essayé pourtant, en regardant à chaque fois ses films.... Et j avoue que je pensais qu'il en serait ainsi ad vitam aeternam ( C est ainsi, on ne peut pas aimer le travail de tout le monde, surtout dans le domaine de l art) et puis... il y a eu " au revoir là haut". J avoue que j'ai grave tardé à le regarder... lorsque j ai mis le DVD dans le lecteur j étais en mode " si le truc m embarque pas dans la première demie heure, je coupe et je vais au lit !" Je me suis donc couchée tard hier soir, puisque je l ai savouré jusqu'au bout . Les critiques bien sûr ont crié au génie lorsque ce long métrage est arrivé dans les salles. Mais perso ( je sais pas vous ) les critiques je m en occupe pas. Bien souvent je suis en désaccord totale avec elles... donc quant on me dit " ce film est absolument diinguuueuuuh" j attends toujours que l hystérie se calme pour regarder l œuvre. Bref, la j avoue je suis heureuse de ne pas être passé à côté. la justesse des jeux de tous les comédiens et comédiennes est bluffante. On passe du sourire, aux larmes puis aux rires. Un sens de l esthétisme juste incroyable et un scénario qui tient la route malgré sont côté " poétique - loufoque". Un bel hommage aux "gueules cassées " de la guerre 14-18. Je ne peux le comparer au livre puisque je ne l ai pas lu mais la magie en tous les cas est au Rdv. Alors voilà, si vous aussi vous n êtes généralement pas fan de Mr Dupontel et bien tentez ce "conte" qui est magnifique, juste, poétique, attachant et cruel. Vous m en direz des nouvelles !! Et surtout, si vous l avez vu hésitez pas à me dire ce que vous, vous en avez pensé ? Je suis curieuse de connaître vos ressentis  #film #partage #aurevoirlahaut #critiquefilm #dupontel #albertdupontel #lemaitre #laurentlafitte #melaniethierry #beaumoment #cinema #nielsarestrup #emiliedequenne #nahuelpérezbiscayart #pierrelemaitre
Je n ai jamais, au grand jamais aimé Albert Dupontel. C est pas faute d avoir essayé pourtant, en regardant à chaque fois ses films.... Et j avoue que je pensais qu'il en serait ainsi ad vitam aeternam ( C est ainsi, on ne peut pas aimer le travail de tout le monde, surtout dans le domaine de l art) et puis... il y a eu " au revoir là haut". J avoue que j'ai grave tardé à le regarder... lorsque j ai mis le DVD dans le lecteur j étais en mode " si le truc m embarque pas dans la première demie heure, je coupe et je vais au lit !" Je me suis donc couchée tard hier soir, puisque je l ai savouré jusqu'au bout . Les critiques bien sûr ont crié au génie lorsque ce long métrage est arrivé dans les salles. Mais perso ( je sais pas vous ) les critiques je m en occupe pas. Bien souvent je suis en désaccord totale avec elles... donc quant on me dit " ce film est absolument diinguuueuuuh" j attends toujours que l hystérie se calme pour regarder l œuvre. Bref, la j avoue je suis heureuse de ne pas être passé à côté. la justesse des jeux de tous les comédiens et comédiennes est bluffante. On passe du sourire, aux larmes puis aux rires. Un sens de l esthétisme juste incroyable et un scénario qui tient la route malgré sont côté " poétique - loufoque". Un bel hommage aux "gueules cassées " de la guerre 14-18. Je ne peux le comparer au livre puisque je ne l ai pas lu mais la magie en tous les cas est au Rdv. Alors voilà, si vous aussi vous n êtes généralement pas fan de Mr Dupontel et bien tentez ce "conte" qui est magnifique, juste, poétique, attachant et cruel. Vous m en direz des nouvelles !! Et surtout, si vous l avez vu hésitez pas à me dire ce que vous, vous en avez pensé ? Je suis curieuse de connaître vos ressentis #film  #partage  #aurevoirlahaut  #critiquefilm  #dupontel  #albertdupontel  #lemaitre  #laurentlafitte  #melaniethierry  #beaumoment  #cinema  #nielsarestrup  #emiliedequenne  #nahuelpérezbiscayart  #pierrelemaitre 
🔻LE BRIO🔻

Hier soir on a regardé Le Brio, une comédie française réalisée par Yvan Attal et sortie en 2017. 
Neïla Salah (interprétée par Camélia Jordana) est une jeune banlieusarde qui rêve de devenir avocate. Dès ses premiers jours à l’université Panthéon-Assas, elle fait la connaissance de Pierre Mazard (interprété par Daniel Auteuil) professeur cynique et provocateur. Pour se racheter une conduite, celui-ci accepte de préparer Neïla à un concours d’éloquence prestigieux. 
On a beaucoup aimé ce film ; il est drôle, pétillant et rend compte de la différence sociale et culturelle ainsi que de la difficulté à réussir dans les études supérieurs quand on vient d’un milieu défavorisé. 
Les deux acteurs principaux sont super, Pierre est un homme un peu raciste, qui enchaîne les provocations ; Camélia une jeune fille parfois brute, idéaliste. Mais entre eux, c’est l’étincelle, leurs destins sont liés par ce concours d’éloquence et ça fonctionne complètement. 
Bon l’histoire est presque cousue de fil blanc avec une fin facile à deviner dès le début ; mais finalement c’est la signature de ce genre de comédie française et on aurait pas aimé que ça se finisse autrement. 
Très bon film!! 🔸8/10🔸

#lebrio #danielauteuil #cameliajordana #film #moviereview #film2017 #eloquence #concoursdeloquence #pantheonassas #paris2 #paris #critique #critiquefilm #cinema
🔻LE BRIO🔻 Hier soir on a regardé Le Brio, une comédie française réalisée par Yvan Attal et sortie en 2017. Neïla Salah (interprétée par Camélia Jordana) est une jeune banlieusarde qui rêve de devenir avocate. Dès ses premiers jours à l’université Panthéon-Assas, elle fait la connaissance de Pierre Mazard (interprété par Daniel Auteuil) professeur cynique et provocateur. Pour se racheter une conduite, celui-ci accepte de préparer Neïla à un concours d’éloquence prestigieux. On a beaucoup aimé ce film ; il est drôle, pétillant et rend compte de la différence sociale et culturelle ainsi que de la difficulté à réussir dans les études supérieurs quand on vient d’un milieu défavorisé. Les deux acteurs principaux sont super, Pierre est un homme un peu raciste, qui enchaîne les provocations ; Camélia une jeune fille parfois brute, idéaliste. Mais entre eux, c’est l’étincelle, leurs destins sont liés par ce concours d’éloquence et ça fonctionne complètement. Bon l’histoire est presque cousue de fil blanc avec une fin facile à deviner dès le début ; mais finalement c’est la signature de ce genre de comédie française et on aurait pas aimé que ça se finisse autrement. Très bon film!! 🔸8/10🔸 #lebrio  #danielauteuil  #cameliajordana  #film  #moviereview  #film2017  #eloquence  #concoursdeloquence  #pantheonassas  #paris2  #paris  #critique  #critiquefilm  #cinema 
BLU-RAY de JUMANJI : j'ai tellement adoré ce film que je te pouvais pas ne pas l'acheter en blu-ray ... 😍 3D en plus ... 👍
Je pense qu'il ne va pas rester dans son boîtier bien longtemps 😉
BLU-RAY de JUMANJI : j'ai tellement adoré ce film que je te pouvais pas ne pas l'acheter en blu-ray ... 😍 3D en plus ... 👍 Je pense qu'il ne va pas rester dans son boîtier bien longtemps 😉
8/10 :🇫🇷 Très bonne surprise que ce film d’animation en stop motion. L'un des gros points forts de ce film,outre son histoire, son visuel et ses personnages absolument atypiques, est le rythme donné à la mise en scène par son montage et par les percussions. Ces dernières sont un réel plaisir pour les yeux et les oreilles car tout est rythmé à la perfection.
*
🇬🇧Very pleasant surprise that this animated cartoon in stop motion. One of the key point, besides the story and the characters, is the rhythm given to the direction by the montage and by the percussions. The latter are a real pleasure for eyes and ears because everything is ponctuate in perfection.
*
#lîleauxchiens #isleofdogs #scarlettjohansson #edwardnorton #bryancranston #tildaswinton #jeffgoldblum #francesmcdormand #wesanderson #film #movie #filmcritic #filmreview #moviereview #moviefan #movielover #cinema #cine #cinephile #theater #instareview #instamovies #critiquefilm #critique #animation #villeurbanne #lyon #france #2018
8/10 :🇫🇷 Très bonne surprise que ce film d’animation en stop motion. L'un des gros points forts de ce film,outre son histoire, son visuel et ses personnages absolument atypiques, est le rythme donné à la mise en scène par son montage et par les percussions. Ces dernières sont un réel plaisir pour les yeux et les oreilles car tout est rythmé à la perfection. * 🇬🇧Very pleasant surprise that this animated cartoon in stop motion. One of the key point, besides the story and the characters, is the rhythm given to the direction by the montage and by the percussions. The latter are a real pleasure for eyes and ears because everything is ponctuate in perfection. * #lîleauxchiens  #isleofdogs  #scarlettjohansson  #edwardnorton  #bryancranston  #tildaswinton  #jeffgoldblum  #francesmcdormand  #wesanderson  #film  #movie  #filmcritic  #filmreview  #moviereview  #moviefan  #movielover  #cinema  #cine  #cinephile  #theater  #instareview  #instamovies  #critiquefilm  #critique  #animation  #villeurbanne  #lyon  #france  #2018 
"ADELE BLANC-SEC" de Luc Besson (2010)

En cette année 1912, Adèle Blanc-Sec (Louise Bourgoin), jeune journaliste intrépide, est prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Égypte et se retrouver aux prises avec des momies en tout genre. Au même moment à Paris, c’est la panique ! Un œuf de ptérodactyle, vieux de 136 millions d’années, a mystérieusement éclos sur une étagère du Jardin des Plantes, et l’oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Pas de quoi déstabiliser Adèle Blanc-Sec, dont les aventures révèlent bien d’autres surprises extraordinaires…

Honnêtement, je m’attendais à pire vu la bande-annonce qui ne m’attirait pas du tout mais non, sans prétention, le film est une jolie fantaisie, fraiche et au rythme enlevé, jouant savamment sur le spectacle, le mystère, l’humour et les secrets. Pourvue d’une remarquable photographie, la reconstitution du Paris de la Belle-Epoque est superbe. L’ensemble du film n’a vraiment rien d’extraordinaire puisque le tout se suit tout de même sans ennui, les décors et les costumes sont assez soignés et je remarque que le mélange d’humour et d’aventure fonctionne plutôt bien, tandis que la mise en scène de Luc Besson est bien plus convaincante que dans certains de ses films.

Malheureusement, je trouve que les effets spéciaux ne sont pas vraiment à la hauteur de mes espérances et que l’intrigue n’est pas vraiment canalisée, partant un peu dans tous les sens, ce qui fait que le spectateur se sent un peu perdu durant le film. Les personnages sont intéressants, la narration est imaginative mais il manque une certaine magie pour que le film soit vraiment marquant. « Adèle Blanc-Sec » est un divertissement distrayant et plaisant pour toute la famille, avec des plans soignés mais il manque un ingrédient pour que le résultat soit excellent.
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 12/20

#adèleblancsec #adaptation #bandedessinée #jacquestardi #lucbesson #europacorbdistribution #egypte #paris #momie #musée #dinosaures #journaliste #louisebourgoin #mathieuamalric #gilleslellouche #jeanpaulrouve #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #moviereview #cinéma #blog #chronique
"ADELE BLANC-SEC" de Luc Besson (2010) En cette année 1912, Adèle Blanc-Sec (Louise Bourgoin), jeune journaliste intrépide, est prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Égypte et se retrouver aux prises avec des momies en tout genre. Au même moment à Paris, c’est la panique ! Un œuf de ptérodactyle, vieux de 136 millions d’années, a mystérieusement éclos sur une étagère du Jardin des Plantes, et l’oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Pas de quoi déstabiliser Adèle Blanc-Sec, dont les aventures révèlent bien d’autres surprises extraordinaires… Honnêtement, je m’attendais à pire vu la bande-annonce qui ne m’attirait pas du tout mais non, sans prétention, le film est une jolie fantaisie, fraiche et au rythme enlevé, jouant savamment sur le spectacle, le mystère, l’humour et les secrets. Pourvue d’une remarquable photographie, la reconstitution du Paris de la Belle-Epoque est superbe. L’ensemble du film n’a vraiment rien d’extraordinaire puisque le tout se suit tout de même sans ennui, les décors et les costumes sont assez soignés et je remarque que le mélange d’humour et d’aventure fonctionne plutôt bien, tandis que la mise en scène de Luc Besson est bien plus convaincante que dans certains de ses films. Malheureusement, je trouve que les effets spéciaux ne sont pas vraiment à la hauteur de mes espérances et que l’intrigue n’est pas vraiment canalisée, partant un peu dans tous les sens, ce qui fait que le spectateur se sent un peu perdu durant le film. Les personnages sont intéressants, la narration est imaginative mais il manque une certaine magie pour que le film soit vraiment marquant. « Adèle Blanc-Sec » est un divertissement distrayant et plaisant pour toute la famille, avec des plans soignés mais il manque un ingrédient pour que le résultat soit excellent. Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 12/20 #adèleblancsec  #adaptation  #bandedessinée  #jacquestardi  #lucbesson  #europacorbdistribution  #egypte  #paris  #momie  #musée  #dinosaures  #journaliste  #louisebourgoin  #mathieuamalric  #gilleslellouche  #jeanpaulrouve  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #moviereview  #cinéma  #blog  #chronique 
🔻DANS LA BRUME🔻

Hier soir, on est allé voir Dans la brume au cinéma, un film de science-fiction franco-québécois réalisé par Daniel Roby en 2018. 
L’histoire se déroule à Paris ; alors qu’une étrange brume toxique envahit les rues de la capitale, les habitants sont forcés de se réfugier aux derniers étages des immeubles. Une famille, dont la fille est atteinte d’une maladie rare, tente de survivre, mais la brume monte, les secours ne viennent pas ; il va falloir tenter sa chance dans la brume. 
On a passé un bon moment, l’histoire est prenante, les acteurs sont tops. 
Le film n’est pas tant axé sur le côté « survie », mais plus sur le fait de fuir à tout prix cette brume mortelle. L’ambiance est oppressante ; et les scènes sont très réelles : la vue des toits de Paris et la brume à perte de vue, les excursions dans les rues désertes tels les ténèbres, les courses-poursuites...
L’histoire fonctionne, on y croit ; bien que l’intrigue aurait pu être tout aussi prenante sans l’histoire de Sarah, leur fille malade. Ça marche mais on a pas vraiment compris pourquoi. 
La fin nous a laissé un peu dubitatifs. C’est bien trouvé, c’est un retournent de situation mais il nous a manqué quelque chose : une suite, des réponses. Pourquoi cette brume? D’où vient-elle?
Un peu déçu de la fin mais c’est quand même un film sympa à voir !
🔸6/10🔸

#danslabrume #film #romainduris #olgakurylenko #fantineharduin #michelrobin #paris #moviereview #brume #sciencefiction #film2018 #cinema #critiquefilm #critique #survie
🔻DANS LA BRUME🔻 Hier soir, on est allé voir Dans la brume au cinéma, un film de science-fiction franco-québécois réalisé par Daniel Roby en 2018. L’histoire se déroule à Paris ; alors qu’une étrange brume toxique envahit les rues de la capitale, les habitants sont forcés de se réfugier aux derniers étages des immeubles. Une famille, dont la fille est atteinte d’une maladie rare, tente de survivre, mais la brume monte, les secours ne viennent pas ; il va falloir tenter sa chance dans la brume. On a passé un bon moment, l’histoire est prenante, les acteurs sont tops. Le film n’est pas tant axé sur le côté « survie », mais plus sur le fait de fuir à tout prix cette brume mortelle. L’ambiance est oppressante ; et les scènes sont très réelles : la vue des toits de Paris et la brume à perte de vue, les excursions dans les rues désertes tels les ténèbres, les courses-poursuites... L’histoire fonctionne, on y croit ; bien que l’intrigue aurait pu être tout aussi prenante sans l’histoire de Sarah, leur fille malade. Ça marche mais on a pas vraiment compris pourquoi. La fin nous a laissé un peu dubitatifs. C’est bien trouvé, c’est un retournent de situation mais il nous a manqué quelque chose : une suite, des réponses. Pourquoi cette brume? D’où vient-elle? Un peu déçu de la fin mais c’est quand même un film sympa à voir ! 🔸6/10🔸 #danslabrume  #film  #romainduris  #olgakurylenko  #fantineharduin  #michelrobin  #paris  #moviereview  #brume  #sciencefiction  #film2018  #cinema  #critiquefilm  #critique  #survie 
RVLP#1
Notre nouvelle rubrique « Retour vers le passé » s'ouvre sur un classique du cinéma, la célèbre série de #hughwilson : #policeacademy. Le rédacteur Félicien Hachebé, s'intéresse, dans une première critique, aux rapports entre ce film et l'actualité.

Pour en savoir plus : https://larsruby.com/retour-vers-le-passe-1-poulet-au-vinaigre/
(Lien direct dans la bio)
RVLP#1  Notre nouvelle rubrique « Retour vers le passé » s'ouvre sur un classique du cinéma, la célèbre série de #hughwilson  : #policeacademy . Le rédacteur Félicien Hachebé, s'intéresse, dans une première critique, aux rapports entre ce film et l'actualité. Pour en savoir plus : https://larsruby.com/retour-vers-le-passe-1-poulet-au-vinaigre/ (Lien direct dans la bio)
🔻THE IMPOSSIBLE🔻

The Impossible est un film catastrophe espagnol sorti en 2012 et réalisé par Juan Antonio Bayona. 
La film raconte comment une famille en vacances en Thaïlande est séparée par le tsunami du 24 décembre 2004. Ils vont tenter de survivre et de se retrouver au milieu des centaines de victimes et de rescapés. 
Le film nous présente le tsunami, les images sont impressionnantes, on se rend compte de la réalité de cette catastrophe naturelle qui a ravagé une partie de la côte Thaïlandaise ; mais il montre aussi et surtout la survie d’une famille séparée. 
On s’y croirait vraiment, on a l’impression d’être avec eux dans cette tragédie ; on se sent pris au piège nous aussi, dépassés. 
C’est un film très beau, émouvant avec de belles images et de beaux acteurs. L’histoire, inspiré de faits réels, d’un destin extraordinaire. Attendez-vous à lâcher au moins quelques larmes !
A voir absolument ! 🔸9/10🔸

#theimpossible #film #moviereview #critiquefilm #juanantoniobayona #naomiwatts #ewanmcgregor #tomholland #tsunami #thailand #thailande #catastrophe #asie #2004 #film2012
🔻THE IMPOSSIBLE🔻 The Impossible est un film catastrophe espagnol sorti en 2012 et réalisé par Juan Antonio Bayona. La film raconte comment une famille en vacances en Thaïlande est séparée par le tsunami du 24 décembre 2004. Ils vont tenter de survivre et de se retrouver au milieu des centaines de victimes et de rescapés. Le film nous présente le tsunami, les images sont impressionnantes, on se rend compte de la réalité de cette catastrophe naturelle qui a ravagé une partie de la côte Thaïlandaise ; mais il montre aussi et surtout la survie d’une famille séparée. On s’y croirait vraiment, on a l’impression d’être avec eux dans cette tragédie ; on se sent pris au piège nous aussi, dépassés. C’est un film très beau, émouvant avec de belles images et de beaux acteurs. L’histoire, inspiré de faits réels, d’un destin extraordinaire. Attendez-vous à lâcher au moins quelques larmes ! A voir absolument ! 🔸9/10🔸 #theimpossible  #film  #moviereview  #critiquefilm  #juanantoniobayona  #naomiwatts  #ewanmcgregor  #tomholland  #tsunami  #thailand  #thailande  #catastrophe  #asie  #2004  #film2012 
CRITIQUE
Lumière sur #escobar, un biopic séduisant et violent sur le plus célèbre baron de la drogue. Une œuvre qui pose un nouveau regard sur le plus cruel des criminels. Décelez le mystère autour de Pablo Escobar, dans votre cinéma #multiplexeliberté à @brest.fr !

Pour en savoir plus : https://larsruby.com/critique-de-escobar-a-lorigine-du-phenomene/
(Lien direct dans la bio)
CRITIQUE Lumière sur #escobar , un biopic séduisant et violent sur le plus célèbre baron de la drogue. Une œuvre qui pose un nouveau regard sur le plus cruel des criminels. Décelez le mystère autour de Pablo Escobar, dans votre cinéma #multiplexeliberté  à @brest.fr ! Pour en savoir plus : https://larsruby.com/critique-de-escobar-a-lorigine-du-phenomene/ (Lien direct dans la bio)
6/10 : 🇫🇷Cette comédie est faite pour divertir agréablement les spectateurs. On suit cette nuit pleines de péripéties et de rebondissements avec plaisir. Le scénario est assez convenu mais le film rigole de ses propres défauts (entre autre le cliché et l'idiotie des personnages).
*
🇬🇧This comedy is made to amuse pleasantly the spectators. We follow this night full of events and unexpected developments with pleasure. The scenario is predictable but the movie laughs about its own defects like the idiocy of the characters.
*
#gamenight #jasonbateman #rachelmcadams #kylechandler #billymagnussen #film #movie #filmcritic #filmreview #moviereview #moviefan #movielover #cinema #cine #cinephile #theater #instareview #instamovies #critiquefilm #critique #comedie #action #game #villeurbanne #lyon #france #2018
6/10 : 🇫🇷Cette comédie est faite pour divertir agréablement les spectateurs. On suit cette nuit pleines de péripéties et de rebondissements avec plaisir. Le scénario est assez convenu mais le film rigole de ses propres défauts (entre autre le cliché et l'idiotie des personnages). * 🇬🇧This comedy is made to amuse pleasantly the spectators. We follow this night full of events and unexpected developments with pleasure. The scenario is predictable but the movie laughs about its own defects like the idiocy of the characters. * #gamenight  #jasonbateman  #rachelmcadams  #kylechandler  #billymagnussen  #film  #movie  #filmcritic  #filmreview  #moviereview  #moviefan  #movielover  #cinema  #cine  #cinephile  #theater  #instareview  #instamovies  #critiquefilm  #critique  #comedie  #action  #game  #villeurbanne  #lyon  #france  #2018 
"KINGS" de Deniz Gamze Ergüven (2018)

Le propos du film est très intéressant avec une scène d’ouverture qui fait froid le dos avec un meurtre et je me suis dit que ce film va être puissant mais je me suis trompé durant la projection. Tout d’abord, le film est très court (je suis le premier à être assez surpris) donc le film ne développe ni son contexte ni ses personnages et tombent dans des artifices tire-larmes ou trop forcés pour nous attacher à la famille. Bon, je reconnais la tension dans quelques scènes mais le film manque vraiment d’un regard clair sur son récit et il y a une scène catastrophique qui est un rêve qui tient du malaise nanardesque… Un tel sujet demande du temps pour être développé et j’ai l’impression qu’il manque des scènes et que le mélange de la petite histoire semble totalement inappropriée au regard de la grande. J’ai également constaté une absence totale de point de vue de la cinéaste qui s’est complètement perdue avec son scénario…

Chaque séquence possédant éventuellement un potentiel dramatique se retrouve annulée par une suivante complètement ratée. Pourtant il y a quelques beaux plans, deux ou trois scènes réussies éparpillées dans le long-métrage mais 85% du film est vraiment hystérique avec ses scènes d’émeutes et de violences urbaines et c’est beaucoup trop car cela étouffe le propos et la description de la société américaine. Surtout, le synopsis global laisse au spectateur un immense arrière-goût d’inachevé puisque les émeutes ont duré 6 jours et la réalisatrice ne nous fait vivre que la première journée et la première nuit en s’arrêtant totalement à une fin extrêmement ratée… « Kings » est un film qui a bien commencé avec sa première partie mais se révèle être décevant suite aux nombreux problèmes. Il y avait d’autres façons d’aborder davantage en profondeur et en réflexion un tel sujet.
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 9/20

#kings #denizgamzeerguven #advitam #années90 #losangeles #rodneyking #émeutes #adoption #chômage #famille #pauvreté #halleberry #danielcraig #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #moviereview #cinéma #blog #chronique
"KINGS" de Deniz Gamze Ergüven (2018) Le propos du film est très intéressant avec une scène d’ouverture qui fait froid le dos avec un meurtre et je me suis dit que ce film va être puissant mais je me suis trompé durant la projection. Tout d’abord, le film est très court (je suis le premier à être assez surpris) donc le film ne développe ni son contexte ni ses personnages et tombent dans des artifices tire-larmes ou trop forcés pour nous attacher à la famille. Bon, je reconnais la tension dans quelques scènes mais le film manque vraiment d’un regard clair sur son récit et il y a une scène catastrophique qui est un rêve qui tient du malaise nanardesque… Un tel sujet demande du temps pour être développé et j’ai l’impression qu’il manque des scènes et que le mélange de la petite histoire semble totalement inappropriée au regard de la grande. J’ai également constaté une absence totale de point de vue de la cinéaste qui s’est complètement perdue avec son scénario… Chaque séquence possédant éventuellement un potentiel dramatique se retrouve annulée par une suivante complètement ratée. Pourtant il y a quelques beaux plans, deux ou trois scènes réussies éparpillées dans le long-métrage mais 85% du film est vraiment hystérique avec ses scènes d’émeutes et de violences urbaines et c’est beaucoup trop car cela étouffe le propos et la description de la société américaine. Surtout, le synopsis global laisse au spectateur un immense arrière-goût d’inachevé puisque les émeutes ont duré 6 jours et la réalisatrice ne nous fait vivre que la première journée et la première nuit en s’arrêtant totalement à une fin extrêmement ratée… « Kings » est un film qui a bien commencé avec sa première partie mais se révèle être décevant suite aux nombreux problèmes. Il y avait d’autres façons d’aborder davantage en profondeur et en réflexion un tel sujet. Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 9/20 #kings  #denizgamzeerguven  #advitam  #années90  #losangeles  #rodneyking  #émeutes  #adoption  #chômage  #famille  #pauvreté  #halleberry  #danielcraig  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #moviereview  #cinéma  #blog  #chronique 
🎬Place Publique
📽 Agnes Jaoui
💜6,5/10
😐 si j'adore le couple Jaoui Bacri, j'avoue qu'ici c'est un peu du vu et revu. Bacri encore une fois en râleur et cynique invétéré et Jaoui en idéaliste. Rien de nouveau. Meme si on aime voir Bacri, est il possible un joir de le voir ds un role un peu plus positif?j'ai aussi eu du mal a trouver le message du film. Un debut, une fin, mais un fil conducteur parfois un peu flou.
Un bon moment tout de même dans ce genre de film où l'on partage des tranches de vies pendant une pendaison de cremaillere.
 Coup de coeur pour Lea Drucker qui est géniale ! Du cynisme, des clash, et beaucoup de tendresse dans ce film. La tendresse est d'ailleurs pour moi l'emotion qui ressort le plus et le mieux.
A voir si vous aimez me duo gagnant Jaoui/Bacri.
#placepublique #jaoui #bacri 
#lesAA #lesavisdagrippine #lesfilmsdagrippine
#cine #cinema #critiquefilm #critiqueciné
🎬Place Publique 📽 Agnes Jaoui 💜6,5/10 😐 si j'adore le couple Jaoui Bacri, j'avoue qu'ici c'est un peu du vu et revu. Bacri encore une fois en râleur et cynique invétéré et Jaoui en idéaliste. Rien de nouveau. Meme si on aime voir Bacri, est il possible un joir de le voir ds un role un peu plus positif?j'ai aussi eu du mal a trouver le message du film. Un debut, une fin, mais un fil conducteur parfois un peu flou. Un bon moment tout de même dans ce genre de film où l'on partage des tranches de vies pendant une pendaison de cremaillere. Coup de coeur pour Lea Drucker qui est géniale ! Du cynisme, des clash, et beaucoup de tendresse dans ce film. La tendresse est d'ailleurs pour moi l'emotion qui ressort le plus et le mieux. A voir si vous aimez me duo gagnant Jaoui/Bacri. #placepublique  #jaoui  #bacri  #lesAA  #lesavisdagrippine  #lesfilmsdagrippine  #cine  #cinema  #critiquefilm  #critiqueciné 
"L'ECHANGE" de Clint EASTWOOD (2008)

Le scénario est vraiment impressionnant, ne laisse aucun répit au spectateur tenu en haleine durant 2h20. Cette histoire suscite en nous tour à tour de l’inquiétude, du désarroi, de la tristesse, de la compassion, de la colère, du dégoût, et même de l’horreur ; cette liste de sentiments est longue mais on ressent tout cela en plus de deux heures de film. De plus, il regorge de rebondissements étonnants dont le final s’achève d’une façon inattendue mais qui aborde avec justesse la corruption policière, le féminisme ou encore les mystérieuses disparitions d’enfants. Il y a également un suspense permanent qui nous saisit à la gorge lors des moments forts du film puis la touche dramatique frappe en plein coeur du spectateur lors du dernier tiers du long-métrage. La mise en scène est subliment mise en valeur avec une photographie assez sombre mais élégante qui dispose au passage d’une très belle reconstitution parfaite des années 20.

Le film possède une richesse scénaristique telle qu’il est devenu rare d’en trouver de nos jours à une époque où la plupart des longs-métrages hollywoodiens misent sur les effets spéciaux plus que sur des scénarios bien ficelés. Eastwood donne une leçon de cinéma, un film coup de poing contre l’autorité californienne des années folles qui possédait des pouvoirs qui paraissent scandaleux et inconcevables de nos jours. Il dénonce l’horreur des hôpitaux psychiatriques, la perversion des psychiatres, l’inhumanité des tueurs en série, l’ignoble châtiment de la peine de mort qui est réservé à ces derniers, l’hypocrisie et la corruption de la police, montre le pouvoir grandissant de la presse. « L’Échange » est une oeuvre à la fois bouleversante, cruelle, brutale et captivante dont en ressort totalement déboussolé, portée par l’incroyable performance d’Angelina Jolie. 
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

#léchange #changeling #universalpictures #clinteastwood #histoirevraie #losangeles #christinecollins #famille #enlèvement #corruption #meurtres #relationmèrefils #angelinajolie #johnmalkovich #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #moviereview #cinéma #blog #chronique
"L'ECHANGE" de Clint EASTWOOD (2008) Le scénario est vraiment impressionnant, ne laisse aucun répit au spectateur tenu en haleine durant 2h20. Cette histoire suscite en nous tour à tour de l’inquiétude, du désarroi, de la tristesse, de la compassion, de la colère, du dégoût, et même de l’horreur ; cette liste de sentiments est longue mais on ressent tout cela en plus de deux heures de film. De plus, il regorge de rebondissements étonnants dont le final s’achève d’une façon inattendue mais qui aborde avec justesse la corruption policière, le féminisme ou encore les mystérieuses disparitions d’enfants. Il y a également un suspense permanent qui nous saisit à la gorge lors des moments forts du film puis la touche dramatique frappe en plein coeur du spectateur lors du dernier tiers du long-métrage. La mise en scène est subliment mise en valeur avec une photographie assez sombre mais élégante qui dispose au passage d’une très belle reconstitution parfaite des années 20. Le film possède une richesse scénaristique telle qu’il est devenu rare d’en trouver de nos jours à une époque où la plupart des longs-métrages hollywoodiens misent sur les effets spéciaux plus que sur des scénarios bien ficelés. Eastwood donne une leçon de cinéma, un film coup de poing contre l’autorité californienne des années folles qui possédait des pouvoirs qui paraissent scandaleux et inconcevables de nos jours. Il dénonce l’horreur des hôpitaux psychiatriques, la perversion des psychiatres, l’inhumanité des tueurs en série, l’ignoble châtiment de la peine de mort qui est réservé à ces derniers, l’hypocrisie et la corruption de la police, montre le pouvoir grandissant de la presse. « L’Échange » est une oeuvre à la fois bouleversante, cruelle, brutale et captivante dont en ressort totalement déboussolé, portée par l’incroyable performance d’Angelina Jolie.  Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 20/20 #léchange  #changeling  #universalpictures  #clinteastwood  #histoirevraie  #losangeles  #christinecollins  #famille  #enlèvement  #corruption  #meurtres  #relationmèrefils  #angelinajolie  #johnmalkovich  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #moviereview  #cinéma  #blog  #chronique 
"RATATOUILLE" de Brad Bird (2007)

Les studios Pixar et le réalisateur Brad Bird ont livré une pépite d’animation à la fois délicieuse et loufoque sur la gastronomie française. La reconstitution authentique de la ville de Paris avec des graphismes sont très travaillés tout en étant magnifiques. Les situations sont extrêmement cocasses avec un humour irrésistible mais aussi quelques moments d’émotions  avec certaines scènes assez touchantes au service d’un scénario inventif, accompagné de rebondissements étonnants à un rythme soutenu. Loin d’être un simple divertissement, le film dénonce aussi bien le snobisme qui préside aux destinées de la grande cuisine, la tyrannie que font peser certains chefs sur leur brigade, la peur irrationnelle que les rats suscitent chez beaucoup d’entre nous, etc…

Le film est tout simplement attachant, drôle, étonnant, génial. Il s’agit d’un pur chef d’œuvre à déguster à tout âge ! C’est un excellent festin, une dose de fraîcheur hautement appréciable et jouissive. C’est d’une puissance verbale incroyable et magnifique. Il y a aussi beaucoup d’humour et d’enchantement. Mais surtout, on a envie de croquer tout ce qui apparaît à l’écran, le film réussit brillamment à éveiller nos papilles gustatives. C’est une promotion réussie de la cuisine, érigée en art selon la devise de Gusteau : « tout le monde peut cuisiner ». Ce film narre également le dépassement de soi et de sa condition dans une fable gustative d’une rare vitalité mais c’est aussi une ode à la gastronomie française. « Ratatouille » est une merveille du film d’animation, pleine d’énergie et de créativité. Un divertissement familial de haute qualité à voir et à revoir sans modération !
Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 20/20

#ratatouille #waltdisney #pixar #bradbird #filmdanimation #cuisine #paris #restaurant #gastronomie #amitié #secrets #atable #pausecinéphile #movielover #critiquefilm #moviereview #cinéma #blog #chronique
"RATATOUILLE" de Brad Bird (2007) Les studios Pixar et le réalisateur Brad Bird ont livré une pépite d’animation à la fois délicieuse et loufoque sur la gastronomie française. La reconstitution authentique de la ville de Paris avec des graphismes sont très travaillés tout en étant magnifiques. Les situations sont extrêmement cocasses avec un humour irrésistible mais aussi quelques moments d’émotions avec certaines scènes assez touchantes au service d’un scénario inventif, accompagné de rebondissements étonnants à un rythme soutenu. Loin d’être un simple divertissement, le film dénonce aussi bien le snobisme qui préside aux destinées de la grande cuisine, la tyrannie que font peser certains chefs sur leur brigade, la peur irrationnelle que les rats suscitent chez beaucoup d’entre nous, etc… Le film est tout simplement attachant, drôle, étonnant, génial. Il s’agit d’un pur chef d’œuvre à déguster à tout âge ! C’est un excellent festin, une dose de fraîcheur hautement appréciable et jouissive. C’est d’une puissance verbale incroyable et magnifique. Il y a aussi beaucoup d’humour et d’enchantement. Mais surtout, on a envie de croquer tout ce qui apparaît à l’écran, le film réussit brillamment à éveiller nos papilles gustatives. C’est une promotion réussie de la cuisine, érigée en art selon la devise de Gusteau : « tout le monde peut cuisiner ». Ce film narre également le dépassement de soi et de sa condition dans une fable gustative d’une rare vitalité mais c’est aussi une ode à la gastronomie française. « Ratatouille » est une merveille du film d’animation, pleine d’énergie et de créativité. Un divertissement familial de haute qualité à voir et à revoir sans modération ! Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ma note : 20/20 #ratatouille  #waltdisney  #pixar  #bradbird  #filmdanimation  #cuisine  #paris  #restaurant  #gastronomie  #amitié  #secrets  #atable  #pausecinéphile  #movielover  #critiquefilm  #moviereview  #cinéma  #blog  #chronique 
"Terminator" (1984) de James Cameron avec Linda Hamilton, Michael Biehn, Arnold Schwarzenegger,...
Note : 9/10

SYNOPSIS :
Dans un futur où les machines ont pris le dessus sur l'Homme, un cyborg (Arnold Schwarzenegger) nommé Terminator est envoyé dans le passé pour tuer Sarah Conor (Linda Hamilton), la femme qui donnera naissance à John Connor le futur chef de la résistance contre les machines. De ce fait, le soldat Kyle Reese (Micheal Biehn) est aussi envoyé dans le passé pour protéger Sarah Connor du Terminator.

CRITIQUE :
La réalisation de James Cameron est brillante car ce qui fait la réussite du film, ce sont à la fois cette atmosphère froide présente du début à la fin mais surtout les perfomances excellentes de Linda Hamilton, Michael Biehn et Arnold Schwarzenegger. Dès que l'on assiste aux premières scènes dans le passé, on voit tout de suite un camion ramassant les déchets, signe qui prouve que la machine est omniprésente et qu'elle est l'esclave de l'Homme. Cependant, l'arrivée du Terminator et sa confrontation avec les humains fait l'écho d'une vengeance contre la suprématie de l'Homme et sa tendance à vouloir tout contrôler. C'est tout de même fascinant à quel point le progrès conduit l'Homme à sa propre perte. Pas étonnant que l'intelligence artificielle veuille nous tuer après toute les atrocités que nous avons commises dans l'Histoire. La mise en scène du Terminator est brillante grâce à la froideur dont fait preuve Arnold Schwarzenegger et les effets pratiques (maquillages, animatroniques) apporte un réalisme accru. Méritant ses critiques élogieuses, "Terminator" est une vraie perle du genre de la Science-Fiction.
"Terminator" (1984) de James Cameron avec Linda Hamilton, Michael Biehn, Arnold Schwarzenegger,... Note : 9/10 SYNOPSIS : Dans un futur où les machines ont pris le dessus sur l'Homme, un cyborg (Arnold Schwarzenegger) nommé Terminator est envoyé dans le passé pour tuer Sarah Conor (Linda Hamilton), la femme qui donnera naissance à John Connor le futur chef de la résistance contre les machines. De ce fait, le soldat Kyle Reese (Micheal Biehn) est aussi envoyé dans le passé pour protéger Sarah Connor du Terminator. CRITIQUE : La réalisation de James Cameron est brillante car ce qui fait la réussite du film, ce sont à la fois cette atmosphère froide présente du début à la fin mais surtout les perfomances excellentes de Linda Hamilton, Michael Biehn et Arnold Schwarzenegger. Dès que l'on assiste aux premières scènes dans le passé, on voit tout de suite un camion ramassant les déchets, signe qui prouve que la machine est omniprésente et qu'elle est l'esclave de l'Homme. Cependant, l'arrivée du Terminator et sa confrontation avec les humains fait l'écho d'une vengeance contre la suprématie de l'Homme et sa tendance à vouloir tout contrôler. C'est tout de même fascinant à quel point le progrès conduit l'Homme à sa propre perte. Pas étonnant que l'intelligence artificielle veuille nous tuer après toute les atrocités que nous avons commises dans l'Histoire. La mise en scène du Terminator est brillante grâce à la froideur dont fait preuve Arnold Schwarzenegger et les effets pratiques (maquillages, animatroniques) apporte un réalisme accru. Méritant ses critiques élogieuses, "Terminator" est une vraie perle du genre de la Science-Fiction.
Affiche du film Bright 
Un film Netflix 
Réaliser par David Ayer 
Avec Will Smith, Joël Edgerton, Noomi Rapace 
Durée: 1h58 
Ma note: 8/10 🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬 Ce film Netflix réaliser par David Ayer qui a également fait Suicid Squad se veut fantastique, pour moi c'est plus un film d'action policier.
Alors oui fantastique parce que le film ce passe dans un monde ou les humains, les fées, les orcs et les elfes cohabitent, mais on suit surtout deux flics que tout oppose un humain et un orc qui est le premier de sa race a occupé cette fonction, ce qui n'est pas du goût de tout le monde.
Les scènes d'action s'enchaînent, le scénario est simple mais correcte, un bon film doté d'un gros casting avec Will Smith, Noomi Rapace et un Joel Edgerton méconnaissable sous son maquillage.
Une suite est déjà annoncé.
📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽 Et vous avez vous aimer ce film ? 🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥 #brigh #cinema #movie #film #filmnetflix #netflix #instamovies #affiche #affichefilm #affichecinema
#poster #avis #avisfilm #aviscinema
#critique #critiquecine #critiquefilm
#davidayer #willsmith #joeledgerton #noomirapace #netflixoriginal #netflixmovies
Affiche du film Bright Un film Netflix Réaliser par David Ayer Avec Will Smith, Joël Edgerton, Noomi Rapace Durée: 1h58 Ma note: 8/10 🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬🎬 Ce film Netflix réaliser par David Ayer qui a également fait Suicid Squad se veut fantastique, pour moi c'est plus un film d'action policier. Alors oui fantastique parce que le film ce passe dans un monde ou les humains, les fées, les orcs et les elfes cohabitent, mais on suit surtout deux flics que tout oppose un humain et un orc qui est le premier de sa race a occupé cette fonction, ce qui n'est pas du goût de tout le monde. Les scènes d'action s'enchaînent, le scénario est simple mais correcte, un bon film doté d'un gros casting avec Will Smith, Noomi Rapace et un Joel Edgerton méconnaissable sous son maquillage. Une suite est déjà annoncé. 📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽📽 Et vous avez vous aimer ce film ? 🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥🎥 #brigh  #cinema  #movie  #film  #filmnetflix  #netflix  #instamovies  #affiche  #affichefilm  #affichecinema  #poster  #avis  #avisfilm  #aviscinema  #critique  #critiquecine  #critiquefilm  #davidayer  #willsmith  #joeledgerton  #noomirapace  #netflixoriginal  #netflixmovies 
🔻READY PLAYER ONE🔻

Hier soir, on est allé voir Ready Player One au cinéma, un film de science-fiction de Steven Spielberg sortis en 2018. 
Le film se passe en 2045 ; alors que le monde réel n’est plus ce qu’il était, les gens se réfugient dans un jeu virtuel, l’OASIS, mis au point par James Halliday (interprété par Mark Rylance). À sa mort, celui-ci décide de léguer sa fortune à celui ou à celle qui découvrira l’Oeuf de Pâques caché dans le jeu. Une compétition mondiale est lancée ; et le film suit Wade Watts (interprété par Tye Sheridan), un garçon assez ordinaire qui se lance à son tour dans l’aventure. 
On a complètement adoré ce film, honnêtement ça faisait longtemps qu’on avait pas été aussi transportés par une histoire. Super rapidement, on est pris dans l’ambiance du film, chaque séquence est superbe et on embarque dans l’aventure. 
Le film est bourré de rebondissements, sans en faire trop ; les personnages sont vraiment attachants et c’est super de jongler entre la réalité et le jeu. Il y a des centaines de références, à des films, des réalisateurs, des jeux vidéos, des séries, des artistes ; on est sortis de là en se disant « c’était incroyable » !
C’est un film qui fait rêver, on est complètement fan et on vous le recommande à fond !!
🔸10/10🔸

#readyplayerone #film #moviereview #stevenspielberg #tyesheridan #markrylance #oliviacooke #benmendelsohn #sciencefiction #movie #cinema #critiquefilm #film2018 #loasis
🔻READY PLAYER ONE🔻 Hier soir, on est allé voir Ready Player One au cinéma, un film de science-fiction de Steven Spielberg sortis en 2018. Le film se passe en 2045 ; alors que le monde réel n’est plus ce qu’il était, les gens se réfugient dans un jeu virtuel, l’OASIS, mis au point par James Halliday (interprété par Mark Rylance). À sa mort, celui-ci décide de léguer sa fortune à celui ou à celle qui découvrira l’Oeuf de Pâques caché dans le jeu. Une compétition mondiale est lancée ; et le film suit Wade Watts (interprété par Tye Sheridan), un garçon assez ordinaire qui se lance à son tour dans l’aventure. On a complètement adoré ce film, honnêtement ça faisait longtemps qu’on avait pas été aussi transportés par une histoire. Super rapidement, on est pris dans l’ambiance du film, chaque séquence est superbe et on embarque dans l’aventure. Le film est bourré de rebondissements, sans en faire trop ; les personnages sont vraiment attachants et c’est super de jongler entre la réalité et le jeu. Il y a des centaines de références, à des films, des réalisateurs, des jeux vidéos, des séries, des artistes ; on est sortis de là en se disant « c’était incroyable » ! C’est un film qui fait rêver, on est complètement fan et on vous le recommande à fond !! 🔸10/10🔸 #readyplayerone  #film  #moviereview  #stevenspielberg  #tyesheridan  #markrylance  #oliviacooke  #benmendelsohn  #sciencefiction  #movie  #cinema  #critiquefilm  #film2018  #loasis 
🔻THE LOST CITY OF Z🔻

Il y a quelques mois, on a vu The Lost City of Z, un film historique réalisé par James Gray en 2016. 
C’est une histoire vraie qui raconte celle de Percy Fawcett (interprété par Charlie Hunnam), un colonel britannique qui se voit proposer une mission en Amazonie par la Société géographique royale d’Angleterre, afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. La bas, il se découvre une passion pour l’exploration et pense être sur les traces d’une cité perdu. Il ne va pas cesser d’y penser en rentrant au pays et va passer sa vie à hésiter entre son amour pour sa famille et sa soif de découverte. 
C’est un film intéressant du point de vu historique et qui nous fait découvrir l’exploration de la jungle sur fond de Royaume Uni du début du XXème siècle. Mais le film traîne un peu en longueur ; Percy ne cesse de faire des allers retours entre l’Europe et l’Amazonie et à la longue, on ne comprend pas bien ou on va. On s’essouffle parfois au milieu de toutes ses expéditions. 
Malgré ça, la réalisation est très belle et on se retrouve vraiment plongé dans la jungle humide et moite. On suit les aventures d’un homme obnubilé par son envie de découverte, par sa cité perdu et qui tente dans le même temps de ne pas perdre sa famille. 
C’est un bon film mais un peu long, qui vaut le coup surtout pour le côté histoire ! 🔸7/10🔸

#thelostcityofz #jungle #review #jamesgray #charliehunnam #percyfawcett #robertpattinson #amazonie #aventure #film #film2017 #critiquefilm #moviereview #filmhistory #expedition
🔻THE LOST CITY OF Z🔻 Il y a quelques mois, on a vu The Lost City of Z, un film historique réalisé par James Gray en 2016. C’est une histoire vraie qui raconte celle de Percy Fawcett (interprété par Charlie Hunnam), un colonel britannique qui se voit proposer une mission en Amazonie par la Société géographique royale d’Angleterre, afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. La bas, il se découvre une passion pour l’exploration et pense être sur les traces d’une cité perdu. Il ne va pas cesser d’y penser en rentrant au pays et va passer sa vie à hésiter entre son amour pour sa famille et sa soif de découverte. C’est un film intéressant du point de vu historique et qui nous fait découvrir l’exploration de la jungle sur fond de Royaume Uni du début du XXème siècle. Mais le film traîne un peu en longueur ; Percy ne cesse de faire des allers retours entre l’Europe et l’Amazonie et à la longue, on ne comprend pas bien ou on va. On s’essouffle parfois au milieu de toutes ses expéditions. Malgré ça, la réalisation est très belle et on se retrouve vraiment plongé dans la jungle humide et moite. On suit les aventures d’un homme obnubilé par son envie de découverte, par sa cité perdu et qui tente dans le même temps de ne pas perdre sa famille. C’est un bon film mais un peu long, qui vaut le coup surtout pour le côté histoire ! 🔸7/10🔸 #thelostcityofz  #jungle  #review  #jamesgray  #charliehunnam  #percyfawcett  #robertpattinson  #amazonie  #aventure  #film  #film2017  #critiquefilm  #moviereview  #filmhistory  #expedition